So Green Provence, les micro-crèches écologiques

Enfants, Loisirs  /   /  de Agnès Olive

Au départ Julien Sellier et sa compagne Ludivine Sapède voulaient seulement s’occuper d’un guide internet sur la Provence verte et bio mais devenus parents, ils ont décidé d’aller plus loin dans leur engagement écologique en créant des micro-crèches écologiques à Marseille. Rien à voir avec les crèches traditionnelles : jamais plus de dix enfants par jour encadrés par quatre professionnels spécialisés dont une directrice titulaire du Diplôme d’État d’Éducatrice de Jeunes Enfants, un projet éducatif et pédagogique qui se soucie davantage de l’épanouissement de l’enfant que de ses éventuelles performances, et le tout dans un environnement le plus écologique possible, c’est-à-dire avec du mobilier et des jouets en bois vernis bio, de la papèterie issue du recyclage, des produits d’entretien et de soins verts, le tri des déchets, pas de wifi si possible, et des repas bio à 55% minimum : « Ils le seraient à 100% si cela ne tenait qu’à nous, mais la réglementation nous oblige à passer par une cuisine centrale et à ce jour aucune n’est entièrement bio » explique Ludivine. Les goûters en revanche, fournis par la crèche, sont 100% bio. La première crèche est née avec « Le jardin des Chartreux », puis une seconde « Green Days » près de la Conception, enfin depuis janvier 2013, « Les Fleurs » a ouvert avenue Cantini. Offrir ces conditions de garde à son enfant a un prix bien sûr. Le coût journalier total varie entre 73 et 95 euros en fonction du nombre de jours. Les parents peuvent cependant bénéficier de la PAJE (Prestation d’Accueil du Jeune Enfant), un remboursement de la Caisse des Allocations Familiales en fonction de leurs revenus. Et bientôt une quatrième crèche pour la rentrée 2014 dans le quartier Paradis-Périer !

 

Vous aimerez aussi

D’Un singe en hiver au Président, d’I... comme Icare au Clan des Siciliens ou à La Vache et le...

Pour cette troisième édition, le programme et les invités ont de quoi faire pâlir d’envie les...

On a tendance à l’oublier, mais avant d’être un art majeur et un secteur économique à lui tout...