Caroline Dinet, l’art de mettre en lumière des chefs-d’œuvre du passé

Talents d’ici  /   /  de Emmanuelle Vigne

Caroline Dinet, 26 ans au compteur, est une ravissante jeune femme qui s’est donné les moyens de vivre sa passion : la restauration d’œuvres peintes. Le regard pétillant, la démarche assurée, elle déborde d’enthousiasme lorsqu’elle évoque son travail et vient d’installer son atelier CRCD à Rognes. « Dès l’âge de 7 ans, j’ai décidé que je serai restauratrice de peinture. Après avoir fait les Beaux-Arts en Avignon, je suis partie à Bruxelles pour me former auprès des meilleurs ! ». Son nom de famille fait mouche à l’ENSAV (École Nationale Supérieure des Arts Visuels de La Cambre, Bruxelles suivi par l’IRPA) :

Elle apprend en effet que son ancêtre Etienne Dinet, peintre orientaliste du XIXe siècle, a écrit sur les « fléaux de la peinture » et ses dégradations. Un signe qui la conforte sans doute dans son choix professionnel en s’inscrivant dans la lignée du questionnement de son ancêtre, précurseur de la restauration ! Son diplôme de l’ENSAV en poche, Caroline cumule les expériences passionnantes et formatrices comme la restauration d’une Vierge à l’enfant, tableau de l’église du village de Venzolasca en Corse. « Ce chantier a rassemblé absolument tout ce que j’aime dans mon métier résume-t-elle. De belles œuvres aux problématiques de réfection exaltantes, l’aspect humain inhérent aux sites où les œuvres se trouvent, une transmission, des échanges de valeurs et de points de vue avec les habitants ». Un métier technique qui nécessite également une curiosité historique et une connaissance patrimoniale. Musée, monuments historiques et collectionneurs privés font appel à elle pour restituer la création d’origine.

Elle travaille actuellement, sur un tableau XVIIe, une Vierge au Rosaire « qui a été marouflé sur un isorel, et coupé en deux ! Encore un beau défi ! ». Son métier l’amène à se déplacer fréquemment « à la rencontre des œuvres et des gens » mais elle aime revenir à Rognes où elle réside depuis ses 3 ans. « Peu importe où se situe mon atelier. Je voyage beaucoup et même si la restauration de peinture permet de voir de superbes créations, une des parts importante de notre métier est de sensibiliser les gens à leur patrimoine, et à la pérennité de celui-ci ». Son souhait le plus cher ? « Restaurer un Caravage ! Je me dis que tout est possible et qu’il ne faut pas perdre espoir ! Caravage est pour moi le plus grand peintre, ce serait un honneur de pouvoir un jour aider à ce que les générations futures puissent elles aussi découvrir ses oeuvres ».

Caroline Dinet, conservatrice-restauratrice
Chemin Carraire, Rognes _06 60 96 04 68 _dinetcaroline@gmail.com

 

Vous aimerez aussi

La pizza, on en raffole tous ! Surtout les soirs de match ou d’apéros qui traînent… Plus besoin de...

Travail, loisirs, santé, sécurité : qu’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore, le numérique est...

Mitri Hourani est un « artiste artisan » à la manière de Chaissac, « faisant des choses artistiques...