Cabeceo, le tango à nos pieds

Mode  /   /  de ToutMa

Cabeceo est la première marque française de chaussures de tango de luxe. Cet accessoire de danse devient un objet mode doté d’un confort exceptionnel que nécessite la pratique du tango. Ces bijoux de pieds sont 100% « made in Italy », façonnés chez des artisans bottier où artisanat rime avec créativité et souci du détail. Cabeceo est né de l’imagination de deux jeunes créateurs marseillais (un couple franco-italien Aurélie et Andréa Introzzi amoureux de la danse et de l’élégance. Ils viennent de lancer leurs premiers modèles pour les deux sexes ! Ils dessinent et réalisent des souliers dans de très belles matières (peau, cuir, galuchat) dans l’harmonie des couleurs et surtout dans les règles de l’art « Ce choix nous a semblé le seul capable de garantir un mariage parfait entre l’exigence technique d’une chaussure de danse et les soins pour les détails qu’une chaussure de luxe nécessite ». Leurs modèles conviennent aussi bien aux danseurs les plus exigeants qu’à toute autre personne. Une fois portés, leur cambrure à l’esthétique parfaite donne une sensation de confort immédiat, le pied est maintenu tandis que la semelle souple confère une sensation de légèreté. Le « cabeceo » est un cérémonial du tango argentin, un signe de tête (cabeza en espagnol) que l’homme et la femme s’échangent à distance pour convenir d’une envie commune de danser. Un geste qui résume assez bien la sensualité et la finesse de cet art et une chaussure sur mesure fabriquée à la main. Attention, il faut patienter trois semaines après les avoir commandées. Le prix à payer pour porter ces merveilles !

Elles seront disponibles dans une petite sélection de magasins en France à partir de février 2015

et sur le site officiel de la marque _www.cabeceo.fr

 

Vous aimerez aussi

Peu de quartiers marseillais peuvent se targuer d’un bilan économique aussi favorable. Si, en...

Des problèmes, il en fait des naissances. Entrepreneur, investisseur et producteur, le créateur de...

Le vent du Nord souffle sur les gypseries et les tomettes aixoises de l’Hôtel de Gallifet, qui...