Nicole Ferroni une poule qui jacte bien

Talents d’ici  /   /  de Camille Jalaguier

Le public plébiscite cette humoriste de la région. Pour sa chronique du mercredi sur France Inter, Nicole Ferroni effectue l’aller-retour depuis Aubagne juste pour son direct dans la matinale. Notre humoriste ne connaît l’invité que quelques jours avant et traite des sujets d’actualité. Pari réussi pour cette plume hilarante dans cet exercice de style imposé. Nicole Ferroni est née au Maroc mais habite à Aubagne depuis qu’elle a sept ans. Avant de se consacrer exclusivement à la comédie, Nicole a été professeure de biologie. La première année au collège Edmond Rostand dans le 13e arrondissement de Marseille a été douloureuse mais fondatrice. « Je vais être honnête, je dois à cette expérience d’être devenue très observatrice et citoyenne. J’ai pris conscience de la difficile implication des individus dans le système, en l’occurrence de mes élèves dans l’éducation nationale ». Persistante, elle obtient l’agrégation de SVT, revient à l’Académie Aix-Marseille et tourne dans beaucoup d’établissements de la région (mais c’est celui de Pertuis qu’elle a préféré). Comme Nicole joue au théâtre en amateur depuis longtemps, elle écrit parallèlement son spectacle et candidate à l’émission On n’demande qu’à en rire de Laurent Ruquier sur France 2. Après de nombreux passages, elle fait partie des meilleurs humoristes de l’émission. Pour autant, elle déconseille de faire comme elle : ne pas commencer à la télé avant la scène car on n’a pas le même retour du public. Ce qui marche sur scène peut tomber à l’eau dans un format télé. Son one woman show  « L’œuf, la poule ou Nicole »  a commencé en novembre 2010. « Nini » pour les Aubagnais, avait à cœur de clôturer sa tournée dans son giron pour l’ultime représentation le 20 mars. L’occasion inespérée de la découvrir ou la revoir, chez elle !

Nicole préfère travailler isolée, ne pas avoir trop de conseils différents. « Je m’interroge beaucoup intérieurement alors s’il y a d’autres personnes, je ne m’en sors pas. En revanche, ma mère est une source inépuisable d’inspiration, à son insu ! ».

Elle perd un peu l’accent et se désespère de ne plus prononcer les O comme avant. Surtout quand elle dit « c’est drôle! ». Elle s’amuse quand même à forcer le trait sur certains de ses personnages comme le rappeur Booba d’Aubagne ou l’esthéticienne… En plus de son débit rapide et de ses mimes comiques, c’est une poule à la belle plume.

Nb : Dans le cadre du dispositif artistique et pédagogique « Un Artiste à l’Ecole » Nicole Ferroni est venue au lycée Joliot Curie à Aubagne où elle a étudié, le  19 février dernier, pour parler de son métier.

L’œuf, la poule ou Nicole

le 13 mars 2015 à l’Alpilium, Saint-Remy-de-Provence
le 20 mars 2015 à la MJC L’Escale, Aubagne

 

Vous aimerez aussi

Pour sa première édition, ce festival marseillais de vulgarisation scientifique (organisé en...

Cette année, les plages de Saint-Tropez se parent de nouveaux atours qui nous laissent baba. Que...

L’idée, nous faire vivre un « trip » imaginaire vintage… Nostalgiques des années rock’n’roll, ce...