Caprice d’Emmanuel Mouret, focus sur l’amour

Cinéma  /   /  de Agnès Olive

Les films d’Emmanuel Mouret font du bien. On y voit des enfants de dix ans qui ne pensent qu’à lire, des hommes qui pleurent au théâtre, des couples qui s’aiment sans forcément se dénuder devant la caméra, des femmes qui croient au pouvoir magique des pierres et aux présages… On en sort tout réparés, tout revigorés ! Après s’être essayé au mélodrame dans Une autre vie, le cinéaste marseillais revient à la comédie sentimentale tout en restant dans le triangle amoureux. Il reprend le rôle masculin principal, entouré de Virginie Efira très glamour et de la pétillante Anaïs Demoustier, pour décortiquer une fois encore le sentiment amoureux dans un nouveau marivaudage, et pourtant on ne se lasse pas, bien au contraire, on en redemande !

Au fur et à mesure du film les questions se posent : quand on est amoureux est-on réellement dans l’amour ? Est-on totalement sincère ? Est-ce que ce n’est pas juste notre imagination ? Qui (se) ment, qui triche, qui sait ? A-t-on un destin amoureux ? Ou bien tout ne reposerait que sur un malentendu ? Et si finalement tout cela n’était que du cinéma ?!!! Le réalisateur n’a pas de réponse et nous non plus… On s’amuse beaucoup dans la première partie du film mais quand un quatrième personnage rejoint le trio amoureux (Laurent Stocker de la Comédie Française, poignant dans le renoncement à l’amour), le film prend une dimension plus profonde et les personnages nous touchent. Car si tout ça n’est qu’un jeu de hasard (ou pas), quand on souffre c’est pour de vrai !

Vous aimerez aussi

Pour sa première édition, ce festival marseillais de vulgarisation scientifique (organisé en...

Cette année, les plages de Saint-Tropez se parent de nouveaux atours qui nous laissent baba. Que...

L’idée, nous faire vivre un « trip » imaginaire vintage… Nostalgiques des années rock’n’roll, ce...