"A la belle étoile", le festival de théâtre

Théatre / Danse  /   /  de ToutMa

Retour sur une première édition d’un festival hautement réclamé et à la hauteur des attentes de chacun. Trois soirées emplies d’art, de plaisir, de convivialité et d’émotion dans le cadre idyllique du Théâtre Silvain.
– Le 1er juillet, c’est avec Bruno Solo et Charles Berling que le festival a démarré. Autant Charles Berling est-il un habitué de Marseille et y revient avec plaisir, autant Bruno Solo a moins eu l’occasion de découvrir notre ville. Ce fût un véritable enchantement pour lui de découvrir le Théâtre Silvain. Il ne s’attendait pas du tout à trouver un tel endroit. Endroit dont le charme a manifestement opéré aussi sur lui car après 5 minutes de visite il était conquis et plein de projets pour l’avenir.
– Le 2 juillet c’est la grâce, l’émotion et l’art dans sa plus pure expression que nous avons pu découvrir avec Jane Birkin, Michel Piccoli et Hervé Pierre. La fragilité et la sensibilité de Jane Birkin lisant du Gainsbourg, ce monstre sacré qu’est Michel Piccoli qui a bravé la chaleur et le talent d’orateur d’Hervé Pierre ont fait de ce moment une pépite.
– Enfin, le 3 juillet, Francis Huster, parrain du festival, attaché au lieu et à l’événement, a donné toute son énergie pour une représentation du Joueur d’échecs d’une intensité rare. Le public, boulversé, l’a longuement applaudi. Et c’est un Francis Huster lessivé mais heureux qui s’est prêté aux photos et aux échanges avec les spectateurs restés pour le rencontrer.
Trois soirs un peu particuliers autant pour les spectateurs que pour les artistes sous le ciel étoilés et au son des gabians. Tous attendent une nouvelle édition en 2016 que l’équipe organisatrice du festival prépare déjà. 

Photo en une _Le trio « Gainsbourien » ©S.Finochi
Photo ci-dessous _Bruno Solo et Charles Berling

 

Texte _Marianne Callebout
Vous aimerez aussi

D’Un singe en hiver au Président, d’I... comme Icare au Clan des Siciliens ou à La Vache et le...

Pour cette troisième édition, le programme et les invités ont de quoi faire pâlir d’envie les...

On a tendance à l’oublier, mais avant d’être un art majeur et un secteur économique à lui tout...