Valérie Courrèges, vins et œnotourisme de prestige

Entrepreneurs  /   /  de Cecilia Risso

Depuis 2009, Jean-Louis Bouchard réveille le Château Fontainebleau du Var, terre varoise endormie durant deux décennies et restaurée avec goût par son propriétaire. En maîtrisant la nature riche mais sauvage du domaine, il a permis à la vigne de s’enrichir et à Valérie Courrèges, d’accéder à l’expression et l’équilibre propres aux grands vins composés en biodynamie. Depuis 2013, Cette œnologue de renom cultive sur ce sol, authenticité et humilité et orchestre une belle mise en scène œnotouristique. Focus sur un métier ardent.

ToutMa : D’où vient votre passion pour le vin et l’œnotourisme ?

Valérie Courrèges : Je suis issue d’un milieu paysan respectueux et bien ancré dans son terroir. Et de ce rapport à la terre pourvu d’humilité ; l’expression la plus noble, la plus forte et la plus culturelle a toujours été à mes yeux la vigne et le vin. Aussi faire partager cette vocation à travers l’œnotourisme de façon qualitative et passionnée est devenu une réelle volonté et priorité pour moi.

 

TM : Comment et quand êtes-vous arrivée en Provence ? Avez-vous une anecdote à nous raconter?

VC : L’opportunité professionnelle m’a emmenée sur les terres provençales. Mon arrivée en Provence coïncide avec ma première sensibilisation en termes de viticulture biodynamique. En effet, j’ai eu l’opportunité de déguster de mémoire le premier millésime en biodynamie de La Coulée de Serrant, le 1988 de Nicolas Joly qui a été une expérience gustative marquante, mémorable et une vraie révélation ! Un grand vin de terroir type, pur, profond et très long en bouche : du grand vin avec un vrai supplément d’âme. Une dégustation qui a contribué à m’interpeller sur la biodynamie à laquelle je me suis intéressée depuis et qui conduit aujourd’hui à sa mise en place au Château Fontainebleau du Var.

 

TM : Pourquoi avez-vous accepté de travailler pour ce domaine ? Qu’est-ce qui vous a attirée dans ce vignoble ?

VC : Pour deux raisons essentielles : la potentialité viticole exceptionnelle du cru doté de grands terroirs argilo-calcaires présents sur les 30 hectares de vignes du domaine et la volonté des propriétaires d’en faire une véritable « pépite », une référence de la région en termes viti-vinicole et écotouristique.

 

Château Fontainebleau du Var
route de Montfort, Le Val _ 04 94 59 59 09
www.chateau-fontainebleau.fr

 

TM : Les vins du Château Fontainebleau du Var sont en biodynamie, en quoi cela consiste ?

VC : La viticulture biodynamique vise à réhabiliter, dynamiser et intensifier la vie organique dans le milieu où vit la vigne. Cette démarche par l’utilisation de préparations naturelles spécifiques consiste à intensifier les échanges entre la plante et son environnement (terre et air) de façon à obtenir de meilleurs raisins donc de meilleurs vins et d’optimiser l’expression du terroir. Comme en viticulture biologique l’utilisation de tous produits chimiques de synthèse (désherbants, produits phytosanitaires) est totalement proscrite et bannie.

 

TM : Pourriez-vous nous décrire en quelques mots les deux cuvées : Louis-Baptiste en blanc et Jean-Max en rouge ? Quels sont les points forts des vins du domaine ?

VC : Les vins du domaine, de part la qualité du terroir dont ils sont issus, peuvent prétendre à beaucoup de finesse dans leur expression, à l’image de ce qui a fait la réputation des grands vins français et aux antipodes des standards internationaux, puissants, bodybuildés mais dépourvus d’élégance. Louis-Baptiste blanc est l’expression noble et complexe mais aussi typique et spécifique avec de « beaux amers » du grand terroir de Fontainebleau si identitaire du centre Var. Jean-Max rouge, par la qualité des raisins de vieilles vignes de cabernet sauvignon en particulier et d’un élevage de tout premier choix en barriques, exprime une qualité de tanins, une maturité, une fraîcheur arômatique comparables aux grands noms des appellations prestigieuses françaises et révèle tout le potentiel viticole définitif du cru Fontainebleau.

 

TM : Comment envisagez-vous l’avenir du Château Fontainebleau du Var et ses différentes activités ? Avez-vous une actualité à nous confier ?

VC : Le Château Fontainebleau a récemment racheté une colline de vingt hectares, inexploitée depuis bien longtemps, qui a connu la vigne dans un passé glorieux et lointain et qui est dotée d’un terroir absolument unique et exceptionnel ne demandant qu’à revivre. On va donc le réhabiliter et le faire renaître à travers de nouvelles plantations de vignes qui vont débuter dès l’année prochaine. Dans le même registre et toujours dans une démarche esthétique, culturelle et qualitative, de nouveaux aménagements vont voir le jour, toujours dans un souci de recevoir et de satisfaire au mieux les futurs visiteurs et de leur faire vivre une belle expérience en pleine nature à travers la visite du domaine.

 

TM : Selon vous, quelles sont les qualités que doit avoir un œnologue ?

VC : Dans le cas de Château Fontainebleau avec son fort potentiel naturel, l’humilité tout d’abord mais aussi la rigueur et la précision, c’est-à-dire ne pas être trop interventionniste mais plutôt rester l’interprète d’un terroir particulier tout en adoptant une attitude et une méthode perfectionnistes à tous les niveaux de l’élaboration y compris à la vigne pour tirer le meilleur du terroir.

 

TM : Si vous n’étiez pas œnologue, quel métier auriez-vous aimé faire ?

VC : Nez ! Car je suis sensible aux odeurs de notre nature comme au bon goût depuis toujours.

 

TM : Auriez-vous une adresse culte dans le Var que vous avez envie de livrer à nos lecteurs ?

VC : Le restaurant de l’Hostellerie de L’Abbaye de la Celle où l’on se délecte d’une grande cuisine classique « Ducassienne » avec une régularité sans faille exécutée de main de maître par le chef Nicolas Pierantoni.

Vous aimerez aussi

La saison estivale annonce les prémices de longues et belles soirées d’été que nous cherchons à...

Un itinéraire œnotouristique hors du commun Déjà référencé comme une propriété viticole aux atouts...

Valérie Rousselle est née en 1963 sur les plages de Pampelonne à Saint-Tropez, au bord de vignes...