Maryline Bellieud-Vigouroux, la mode pour oriflamme

Entrepreneurs  /   /  de Céline Bouchard

Ravissante et stylée – main de fer dans un gant de velours – Maryline Bellieud-Vigouroux est aujourd’hui l’égérie incontestée de la mode en Méditerranée. Son acharnement à faire exister les créateurs locaux a eu pour résultat l’avènement d’une institution aujourd’hui incontournable : la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode.

Les débuts

À Marseille, elle est connue comme le loup blanc. Trois éléments la distinguent immédiatement : son nom de famille célèbre, son prénom glamour et sa beauté opportune. À partir de 1986, forte de son statut d’épouse du maire, et de sa jeunesse belliqueuse, Maryline Vigouroux s’en va en guerre contre la mauvaise image de la ville et estime que la mode locale est un vecteur noble pour exprimer le caractère et la diversité des différentes communautés qui font Marseille. Elle fonde l’Institut Mode Méditerranée contre vents et marées pour rassembler la jeune garde créative du cours Julien et avec ses appuis parisiens, crée par la même occasion le Musée de la Mode. La jeune femme, têtue mais bosseuse – des qualités qu’elle tient de sa maman, femme libérale en avance sur son temps – parvient à rassembler de belles pièces issues des collections Azzedine Alaïa ou encore de la Maison Chanel. Une aventure qui prend réellement forme dans les années 90, après la constitution de ce premier fonds. Aujourd’hui, 30 ans après ses rencontres avec le célèbre couturier et la présidente de Chanel, Françoise Montenay, les amitiés sont intactes. Maryline est une fidèle. Et sait se faire aimer.

La mode

Sa passion pour la mode vient plutôt de sa grand-mère, avec qui elle passait du temps, une femme un peu ronde qui faisait faire ses vêtements sur-mesure chez des artisans marseillais. Aujourd’hui, Maryline aime surtout les chaussures et les sacs, qu’elle collectionne. « Avec mes talons de neuf centimètres, je suis capable de faire tout le centre-ville de Marseille ou les 2400m2 du salon Who’s Next » confie-t-elle avec amusement. Son style vestimentaire, plutôt classique, privilégie toujours le confort et les matières nobles, comme le coton, la soie et le velours. Elle s’autorise parfois quelques dérapages contrôlés comme un vieux jean rapiécé ou des chaussettes bleu OM qu’elle adore ! Un aspect de sa personnalité résolument jeune qu’on perçoit toujours. Sa relation à la mode est dans l’émotion. Outre le ravissement des belles matières, elle est sensible au plaisir de la découverte d’une boutique, de la rencontre avec un créateur. « Je suis une anti e-shopping » s’amuse-t-elle à souligner.

De l’Institut à la Maison de la Mode

Après 20 ans d’Institut de la Mode sur la Canebière, Maryline est aujourd’hui chargée des Relations Publiques et du Mécénat de la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode. Elle transmet ainsi à son équipe non seulement son carnet d’adresses mais aussi sa capacité à tourner la MMMM vers l’avenir. Cette dernière s’offre un nouvel espace dans le quartier d’affaires Euro-Méditerranée, un lieu qui regroupe une formation universitaire (sur sélection) niveau Master 1 & 2 reconnu par Aix-Marseille Université (AMU), une école privée de mode niveau licence – IICC Mode – et un espace pour accueillir les jeunes marques lors de présentations : la M Galerie. Avec cette nouvelle compétence pédagogique, la Maison de la Mode devient ainsi une couveuse de jeunes stylistes talentueux, qu’ils soient issus du pourtour méditerranéen avec le concours Mediterranean Fashion Prize, ou de Marseille et sa région à travers le concours M Major.

La transmission

Depuis quelques années déjà, Maryline a passé le relais de la direction, même si elle demeure l’éminence grise de l’établissement. Matthieu Gamet, fondateur de la marque Kulte et chef de file de la jeune création marseillaise, en est le président actuel. Il en assure le fonctionnement général avec des spécialistes de la communication et du stylisme. Tous ont en moyenne 30 ans. Il y règne une belle atmosphère empreinte de solidarité, d’espérance, de cohérence économique et professionnelle. Et Maryline, prêtresse de cette transmission, à qui on demande ce qu’elle aimerait qu’on dise d’elle dans 100 ans, de répondre avec humour et intelligence : « Sa passion pour la mode et ceux qui au quotidien la font vivre, a inscrit Marseille et sa région dans une légitimité internationale, et la 102ème Edition du Festival #OPENMYMED lui donne raison ». 

_www.m-mmm.fr

 

openmymedprize2017-bd-bandeau#OPENMYMED c’est quoi exactement ?

#OPENMYMED est un concept inédit de festival d’une durée de 4 mois, dans des lieux culturels ou atypiques à Marseille, pour mettre en scène et fêter la nouvelle génération de créateurs qui partagent un territoire : la Méditerranée. C’est aussi  donner la parole aux marques créatives industrielles, qui font de Marseille la nouvelle Californie française. Soyez le prochain lauréat catégorie M Major ! Candidates sur le site m-mmm.fr avant le 30 novembre 2016. 

Itinéraire Mode ?

En 10 ans, cet événement a rempli son  objectif, favoriser les rencontres entre les jeunes créateurs et les boutiques multimarques ou concept-store, entre Marseille et Aix-en-Provence et valoriser les boutiques en nom propre de nos marques. Un parcours shopping au cœur des centres-villes, berceau historique de la mode.

Vous aimerez aussi

Angelin Preljocaj a laissé l’actrice prendre possession du Pavillon Noir le temps du tournage de...

Couple à la ville, la réalisatrice et le chorégraphe signent ici leur première réalisation commune....

Sous l’ombrière la curiosité fourmille. La quantité de déchets alimentaires en France s’élève à 9...