La Marseillomania de Cyril Lecomte

Théatre / Danse  /   /  de ToutMa

 

« Marseille c’est une civilisation, ce n’est pas une ville. Elle a sa mythologie propre, avec tous ses personnages : le pêcheur, la cagole… » une phrase illuminant ma soirée dans la pénombre de l’ennui. Une phrase qui s’illustre presque tous les jours à ma fenêtre où le bruit des klaxons et les complaintes de Gérard, le voisin d’â côté, s’immiscent dans les appartements du quartier. Il n’y a aucun doute, Cyril Lecomte est doué pour lire sa ville avec lyrisme.

L’acteur dont on reconnaît les apparitions dans La French, Les Visiteurs ou Les Anonymes a débuté sa carrière de comédien très tôt, dans les coulisses du Théâtre de la Criée. Il y interprétait les classiques : des cabrioles dans du Molière, Feydeau ou Marivaux entrecroisant par la suite les productions en tant qu’acteur. « J’ai beaucoup de plaisir à faire les deux, mais ce sont deux mondes différents : l’un te permet d’être avec les gens, de partager et offre de la sincérité alors que l’ambiance d’un plateau de cinéma n’est pas la même, on est face à une caméra qui capte des choses, il faut refaire des prises, réinventer des scènes ». Mais il le jure, mon père, ce n’est pas la gloire qui l’a tenté mais la folie du spectacle. La flamme vivace que vous partagez avec un public ou des spectateurs, l’altruisme entre acteurs, l’étonnement du nouveau né dans l’apprentissage constant du métier. Cyril est un homme pressé par les initiatives, trop occupé à donner ce que le public passe son temps à lui redonner.

Il connaît Paris, la capitale qui donne tout. Mais c’est un amoureux de la citée phocéenne « Une ville fantastiquement énergique, philosophique et chaotique ». Il évoque l’histoire de la scène Marseillaise, L’Alcazar qui fût une salle de spectacle avant le début des années 1930. La galerie accueillait les ébats du théâtre « revue » et les shows fumants et nocturnes qui amusent la lune. De la comédie, gentiment entremêlée aux danses et aux chants sur une scène lapidée par les cris d’exclamations. De là vient-elle la fascination qui l’a conduit à créer « Marseillons » ? Cyril Lecomte en parle comme d’un « coup de folie, un miracle ». Fort du succès rencontré l’année passée, le spectacle revient cette année en décembre et se déploie sur trois jours. Entre autres, Titoff, Armelle Deutsch, Ambre Scotto, Marie Fabre, Papet-J mais aussi David Walter, Gari Grèu, Emmanuelle Zoldan… venant se greffer au projet pour l’ensoleiller de rayons particuliers. « J’en avais marre d’être seul sur scène, c’est triste quand on est seul ! Alors j’ai appelé mes potes ! C’est rare d’être regroupé à Marseille, on ne sait pas trop faire ça. » Sur des textes originaux d’Henri-Frédéric Blanc, l’acteur viendra donc vous présenter leur cuisine : il ne manque pas de métaphores exquises « Un spectacle c’est comme inviter des gens à manger : tu as les ingrédients, tu fais la table, t’as ton verre à côté et tu discutes avec les gens, tu passes ton temps à rigoler c’est ça qui est important ». Marseillons 2 sera une aventure humaine, il y a de la vie dans le théâtre. Un mélange des genres sans pour autant être un potage mal dosé. Des talents locaux, nationaux ou internationaux, parfois des découvertes et quelquefois des étonnements, sans oublier ceux qui détonnent mais qui aiment encore à prouver. Marseillons est plus qu’un regroupement verbal, c’est un passage aux applaudissements.

Et pour la suite ? Nous avons demandé à Cyril de nous passer le poivre de ses projets :
« J’ai récemment eu un grand kiff de tournage « À bras ouvert », qui sera mon cinquième film avec Philippe De Chauveron. Une comédie qui sort fin mars, avec des machines de guerre comme Christian Clavier, Elsa Zylberstein ou Ary Abittan. » Un métier où l’ennui ne fait pas partie du scénario « J’ai l’impression d’à peine m’y mettre. Et je trouve que ce qui est passionnant c’est le risque…Un matin on t’appelle … Ça te tombe au dessus de la gueule, paf il t’arrive un truc génial ! ».

Marseillons 2
Les 9, 10 et 11 décembre 2016 au Théâtre de l’Odeon
, 13001 Marseille
A partir de 22 euros
http://marseillons.fr

Texte _Julie Mandruzzato

cyril-lecomte

marseillons

Vous aimerez aussi

L'association « après la pluie » organise trois évènements dans la région marseillaise en décembre...

Elle n’est pas aveugle la confiance que l’on octroie à la galerie ArtFive. Elle nous rend la vue...

Angelin Preljocaj a laissé l’actrice prendre possession du Pavillon Noir le temps du tournage de...