Ray Lema et Laurent de Wilde – Riddles, jeudi 22 décembre

Musique  /   /  de Julie Mandruzzato

Nous entrions au « Village Vanguard », ayant préalablement déposé nos verres remplis de quotidien et d’amertume sur la Septième Avenue de sorte que l’obscurité de la nuit annihile leurs existences. Dans la fournaise de la salle du club de jazz nous remplirons nos verres sous le pianocktail et laisserons nos sens s’enivrer avant que la musique soit, elle aussi, prohibée.

Pause.

L’album plein d’entrain de Ray Lema et Laurent de Wilde donnait à mes mains l’enthousiasme suffisant pour s’articuler autour des notes de mon clavier et l’imagination nécessaire pour vous transporter à la nouvelle édition du Festival de Jazz des Cinq Continents. Les compositions du duo me rappelaient l’époque impalpable mais pourtant voulue des accords qui vous rendent saouls d’oreilles.

« Riddles » sera présenté en live le jeudi 22 décembre 2016 avec l’association de FIP. À l’issue de la soirée, d’autres musiciens viendront s’ajouter au duo : le chanteur Fabrice Di Falco, le violoncelliste Vincent Segal, le saxophoniste Guillaume Perret, le flûtiste Joce Mienniel, le trompettiste Médéric Collignon et la chanteuse Natalia M.King en seconde partie. Partageant tous plus qu’un tabouret : une scène.

Le Festival de Jazz des Cinq Continents de Marseille, chaque année, est le moyen le plus économique pour voyager. On prend un bateau musical, en l’occurrence une croisière entre New York et le Congo, là où nos deux artistes se sont défaits d’un destin compassé avec talent. C’est au delà de leurs expectations que tout commence. Laurent de Wilde a grandit en France mais repart aux Etats-Unis où il perfectionne son piano jazz. Ray Lema, lui, se prédestine à devenir prêtre, il prêchera l’orgue puis le piano.

Des horizons différents mais un même tutélaire soleil. Ils se rencontrent pour la première fois en 1991, des projets variés, des inspirations variables, qui n’empêchent pas, 25 ans plus tard, l’harmonie de leurs cordes musicales. « Riddles » est une aube. Un album où le duo y met toutes ses ethno-excentricités et une passion commune, faire vibrer la musique en la frappant, la caressant, simplement la jouer sur un piano à quatre mains « Le moins de notes possibles et juste les bonnes ».

Ce live raconte des partitions de vies, d’un Laurent de Wilde qui multiplie les styles (électro, reggae, slam, jazz) les prix et les livres et de Ray Lema qui, d’une carrière tonnerre riche en expériences et en collaborations, garde au cœur de ses priorités l’enseignement musical en Afrique. Il le supporte et l’initie au travers de l’Université Musicale Africaine et de l’Histoire Générale de l’Afrique projet porté par l’UNESCO.

Je remets le magnéto, histoire d’en remettre une touche.

 

Entrée libre sur réservation dans la limite des places disponibles.
Réservation du mardi au samedi de 12h à 18h au 04 91 54 70 54.

Texte _Julie Mandruzzato

Vous aimerez aussi

Des fonds de verres de rhum, là où quelques cendres finissent en fin de soirée, les phénix...

  La petite histoire Il paraît que son père est issu d’une vieille famille marseillaise… Musicien...

Benjamin bénéficie d’une formation de pianiste classique par sa grand-mère, professeur au...