Gilles Bertrand, l’école de la deuxième chance à Marseille, la chance d’une deuxième chance

Entrepreneurs  /   /  de Olivier Emran

Notre ville n’est pas facile et si le soleil chauffe tout le monde, beaucoup marchent à l’ombre. Pourtant, d’une certaine manière, on est des « chanceux » à Marseille. On peut avoir droit à une « deuxième chance » quand on est jeune et plutôt mal parti dans la vie. Depuis 20 ans des hommes et des femmes donnent de leur temps et de leur énergie pour que tous les jeunes en situation de décrochage scolaire trouvent leur voie, celle d’une vie choisie, pas subie. Celle d’une vie qui se reconstruit autour d’un emploi ou bien d’un retour à des études qualifiantes synonymes d’avenir. Gilles Bertrand, 44 ans, un Marseillais qui « vient des quartiers Nord » est depuis bientôt deux ans le nouveau Directeur général de l’école de la deuxième chance, un dispositif pilote lancé il y a bientôt 20 ans à Marseille et qui compte aujourd’hui 110 sites en France. Car l’avenir est une jeune pousse fragile qu’il faut aider partout où le soleil s’éclipse. Rencontre…

Le retour du petit écolier…

Je suis Marseillais, j’ai grandi dans les quartiers Nord. D’une certaine manière, je suis un exemple de l’école de la République lorsqu’elle fonctionne. Bon élève, classe prépa au lycée Thiers, grande école de commerce puis Sciences Po à Paris… Une carrière de fonctionnaire européen à Bruxelles, consacrée à la politique extérieure de l’Union Européenne : les relations avec l’Europe de l’Est et la Méditerranée, les processus de paix au Sri Lanka et en Afghanistan, où j’ai été en poste. En 2011, je me suis mis en congé des institutions européennes pour mener des projets personnels qui me tenaient à cœur : écrire, voyager, tenter d’apprendre l’arabe. Ce qui m’a ramené à Marseille, c’est la proposition du Président de l’école de la deuxième chance, Jean-Louis Reiffers, de venir en prendre la direction… à 800 m de chez mes parents !

L’école de la deuxième chance…

Le dispositif pilote est né il y a 20 ans à Marseille. Aujourd’hui, l’école de Marseille est une des plus grosses du réseau français : 769 stagiaires accueillis en 2015, un budget de 4,8 millions par an, un personnel extraordinaire de 70 personnes, des financeurs actifs (la Ville de Marseille, le Département, la Région et l’État), plus des entreprises engagées et tous les acteurs sociaux du territoire marseillais… Au service de jeunes qui ont entre 18 et 25 ans et qui ont décroché du système scolaire, sans diplôme ni qualification, pour la plupart depuis plusieurs années.

Un projet unique et individualisé

Ici, le parcours est entièrement individualisé. Nous partons du projet professionnel de chaque stagiaire, de son niveau sur le « socle de base » (français, maths, bureautique), et nous lui construisons un parcours adapté. Les stagiaires passent un tiers de leur temps en stage en entreprise. Les deux tiers restants, ils travaillent sur leur remise à niveau, chacun selon ses lacunes et ses besoins futurs. Chaque stagiaire a un formateur référent et un chargé de mission entreprise attitrés. Et notre service « vie collective » l’aide à affronter les problèmes personnels qui freinent son parcours.

Des résultats ? Oui !

85 % de nos stagiaires arrivent avec un niveau collège ou CAP non obtenu. Ils nous sont orientés par la Mission locale, sans aucune sélection à l’entrée. Au bout de six mois en moyenne, 52 % d’entre eux nous quittent en « sortie positive » vers l’emploi (CDI, CDD, contrats d’apprentissage, etc.) ou une formation qualifiante. Ce qui est passionnant, c’est d’éveiller ou réveiller l’envie chez ces jeunes aux situations parfois compliquées, de leur faire redécouvrir leurs talents. La clé c’est d’arriver à leur faire comprendre que leur attitude a une influence sur le monde qui les entoure. Quand ils ont compris cela, tout peut commencer à changer.…

L’avenir… du Nord au Sud

Avec l’appui de nos financeurs, nous travaillons à l’ouverture d’un deuxième site pour les quartiers Sud et Est de Marseille car il y a là aussi de vrais problèmes d’exclusion sociale des jeunes. Nous allons vers un dispositif qui, à l’horizon 2020, pourra accueillir autour de 1 200 stagiaires par an sur les deux sites. Les Écoles de la Deuxième Chance ont prouvé leur efficacité, elles permettent de changer positivement la trajectoire de plus de la moitié des stagiaires qui y passent. Ce qui nous fait dire que l’exclusion n’est pas une fatalité, encore moins quand on a vingt ans : c’est un combat qui se gagne en luttant pied à pied, stagiaire par stagiaire.

Ecole de la Deuxième Chance
360 chemin de la Madrague Ville
Place des Abattoirs, Marseille 15ème
www.e2c-marseille.net

Vous aimerez aussi

Ravissante et stylée – main de fer dans un gant de velours - Maryline Bellieud-Vigouroux est...

Pour de nombreux marseillais encore, David Dellepiane (1866-1932) est cet affichiste de génie qui...

Billy, une agence d’un « genre nouveau » à Marseille, dans la vaste sphère de la communication, est...