June the Girl, vitamine D de l’hiver

Talents d’ici  /   /  de ToutMa

June the Girl pour le folklore de la scène, Marine de son vrai nom ‘‘d’embrun‘‘. La Marseillaise aux brises poétiques s’est fait connaître sur les ondes radios grâce à son opus « I say love » au printemps dernier. Rencontre.

J’ai commencé par prendre contact avec Antoine Essertier. Je l’ai harcelé pendant plusieurs mois pour travailler avec lui, et c’est finalement à l’écoute d’ « I say love » qu’on a fini par collaborer ensemble ». Son réalisateur l’aide à se construire, lui ôtant une carapace d’hésitation sur ses frêles épaules. « Pendant longtemps j’ai pensé que ma voix n’avait rien d’extraordinaire, Antoine m’a fait voir le potentiel de celle-ci et m’a aidé à trouver mon identité vocale ».

À l’aise sur les compositions, la jeune femme a commencé la guitare à l’âge de quatorze ans, et sur des accords, elle cultive son inspiration dans une foule de sentiments : « Je vis les choses pleinement, je suis quelqu’un de très émotif qui a besoin d’évacuer au travers de mes textes. Mes morceaux sont un condensé de mes expériences… pas seulement celles aux histoires de cœurs brisés car on peut parler du bonheur en chanson ! L’important c’est le message personnel que je veux faire passer ». Sa pop flottante et son univers coloré jouent en suspend avec une attitude décontractée. Et peut-être parce qu’elle a passé une partie de son adolescence en Guyane, sa simplicité brûle autant qu’un rayon de soleil.

Chez Marine, pas de paraître, c’est indécent. Seulement de l’humour tendre et de la poésie qui se chante dans le mélo des couleurs d’une forêt tropicale. En moins sauvage. « Dans le futur ? J’aimerais seulement continuer à créer. Bien qu’inspirée par la pop rock américaine, et l’univers de certains artistes français, Laurent Voulzy par exemple, je voudrais être cette artiste qui ne ressemble à personne d’autre ». 

Mélodie liquoreuse pour oreilles facétieuses, on pourra, en attendant la sortie de l’album, écouter son nouveau titre « Emotional » qui saura gentiment enivrer un public à la pop courtoise et retrouver la belle sur les réseaux sociaux.

_www.instagram.com/junethegirl/
_twitter.com/JuneTheGirl

Texte _ Julie Mandruzzato

junethegirl junethegirl2

Vous aimerez aussi

Caroline & Jessica fondent Isaya, un tandem voix-guitares, un duo de sœurs, dont le nom fait...

Deborah Pardo est née en 1986 dans une famille de commerçants en prêt-à-porter dans le 15ème à...

Pourquoi ce nom de MissTribu ? « Tout simplement parce qu’on voulait créer une tribu de miss,...