Kid Francescoli, tout pour la musique…

Talents d’ici  /   /  de Camille Jalaguier

Marseille n’est pas seulement la capitale du hip-hop, la preuve avec Play me again de Kid Francescoli, la dernière pépite electro du mois de mars. Dans son précédent album With Julia, l’artiste nous racontait son histoire avec une jeune chanteuse  américaine, Julia Minkin, rencontrée à New-York. La suite c’est Play me again, un album éclectique à l’image du musicien et produit par Simon Henner du groupe Nasser. Le Marseillais et sa muse américaine se retrouvent en duo autour d’un album qui fait revivre ce couple qu’ils ne forment plus à la ville. Loin du garçon mélancolique et de ses synthés vintages, on découvre ici la voix enjouée et l’accent de Matthieu Hocine, fier de présenter son 4ème et magnifique album.

 

 

ToutMa : Quelle est ta formation musicale ?

KF : Je n’ai pas pris de cours étant petit, j’ai appris en regardant des vidéos de concerts, en déposant mes doigts comme le font les artistes que j’aime. Queen pour la batterie, Oasis et Nirvana pour la guitare. Les quelques cours de piano ne m’ont pas plu mais j’ai appris La Ritournelle de Sébastien Tellier. Avec Husband j’ai pris des cours de chant, (trio avec Mathieu Poulain de Oh! Tiger Mountain et Simon Henner). Le fait d’être autodidacte est un boulet pour la composition, mais ça permet une certaine liberté ! Je n’ai pas peur de la page blanche.

TM : Comment passes-tu du studio à la scène ?

KF : Pour la scène, nous avons Julia au chant et quelques thèmes au clavier, Matthieu Chrétien est à la batterie et moi aux machines.

TM : Finalement c’est Julia qui s’est installée à Marseille ? Pourquoi pas l’inverse ?

KF : J’ai toujours gardé un appartement à Marseille et lorsque j’étais à New-York, chez un pote, c’était pour 2 mois, 3 mois maximum à cause du visa. J’ai voulu avoir celui d’artiste mais c’est arrivé au moment de la tournée avec Julia.  Et on a tellement travaillé avec Simon et Mathieu que je n’allais pas partir au moment où ça décollait ! Ça fait 20 ans que je fais de la musique dans ma chambre. Le premier album paru en 2006 m’a permis de vivre de ma passion.

TM : Pourquoi  les 11 titres de Play me again s’écoutent-t-il comme une play-list ?

KF : C’était plutôt une requête de Julia. Elle a voulu rester pour cet album, ne pas mettre trop de filtres au moment de la composition. « Play me again » c’était comme un défi, c’était « fais-moi chanter ». C›est un vrai travail en duo.

TM : En quoi ce nouvel album est-il différent des autres ?

KF : J’ai écouté beaucoup de musique, et j’ai trouvé de nouvelles pistes à explorer, plus diverses : un peu plus de hip-hop, de rn’b et bien sûr, plus de musique électro. Il n’y a aucun morceau qui ne soit pareil.

TM : Tu dis avoir écouté beaucoup de musique. Quels sont tes endroits sympas pour sortir et découvrir de la musique à Marseille ?

KF : J’aime l’Embobineuse, l’Espace Julien, les soirées Borderline et celles du Rooftop du R2 et pour sortir, plus tard,  la Dame noir, le Phonographe. Il y a un gros potentiel près de la mer surtout quand il fait beau.

TM : La pochette de l’album vous ressemble…

KF : Elle a été prise sur la corniche par Hawaii & Smith. Tous lieux confondus, c’est mon endroit préféré à Marseille. C’est vertigineux mais symboliquement, c’est super important pour moi. Je dirais même que la promenade sur la Corniche est l’atout numéro un de Marseille…

 

@kidfrancescoli sur facebook.
http://kidfrancescoli.com

Vous aimerez aussi

C’est un parcours sans faute que vient de réaliser Zita Hanrot, révélation féminine de la 41ème...

Cédric Malo est l’artiste qui se cache derrière Tabas, un nom qui claque, tiré de l’expression...

Avec « Monde Nouveau Monde Ancien », son premier album sorti en 2009, puis « Le soleil brille pour...