Simon Porte JACQUEMUS, Candide ou l’optimisme de la mode

Célébrités  /   /  de Linda Mestaoui

Je m’appelle Simon, j’aime le bleu et le blanc, les rayures, le soleil, les fruits, les ronds, la vie, la poésie, Marseille et les années 80. Voilà, pour la présentation en 140 caractères, espaces compris.

L’enfant du soleil

Oui, il s’appelle Simon et il aime Marseille. L’enfance à Salon-de-Provence a laissé des traces indélébiles. A 27 ans, le jeune créateur, en vogue, ne cesse de flirter avec les étoiles à tel point qu’on finit par se demander si ce ne sont pas elles qui le courtisent finalement. Marseille, le sud, la Provence, la campagne dorée, le souvenir omniprésent d’une mère dont sa marque porte le nom de jeune fille, le bleu du ciel, de la mer, le grand air, l’enfance champêtre, l’horizon minéral, la garrigue, le soleil qui tape fort, la vie, la liberté de vivre, d’être, d’aimer, d’être aimé, influencent sans cesse ses collections. L’innocence qu’on recherche toute sa vie, une fois l’étape de l’enfance passée, Simon Porte Jacquemus donne, lui, l’impression de ne l’avoir jamais perdue. C’est même le fil rouge qui guide son parcours « successful ». Fils de paysan, petit-fils d’agriculteur, aujourd’hui son chiffre d’affaires se compte en millions d’euros.

Autodidacte, déterminé, créatif, ingénieux, chanceux, amateur de good vibes, le sourire est chez lui une arme de paix dans l’univers impitoyable de la mode. Il a à peine 19 ans quand il débarque à Paris. Un passage éclair par l’École supérieure des arts et techniques de la mode (ESMOD), une expérience tout aussi fulgurante avec un directeur artistique chez Citizen K, et le voilà lancé.

La Provence dans le cœur

Sa mode, naïve, ne ressemble à aucune autre et il souhaite qu’elle reste abordable. Son univers devient, grâce à son aura, candide et poétique. Les filles qu’il choisit pour incarner ses campagnes et ses vêtements ressemblent à sa mère, à qui il dédie tout ce qu’il crée. Il joue sans cesse entre proportions et déconstructions. Les codes de la marque ? Le bleu, le blanc et les rayures. Une mode jeune, libre, ancrée dans son époque : les années 2000. Moderne et futuriste à la fois. La Grande-Motte, La femme enfant, Les parasols de Marseille, L’enfant du soleil, L’Amour d’un gitan… Les noms que portent ses collections mettent le Sud à l’honneur. La Provence. Encore et toujours. Et son exploration sans fin.

Dans la même veine, sa collection pour l’été 2017 est baptisée Les Santons de Provence. Les figurines emblématiques prennent vie en 32 silhouettes. Le chapeau provençal, au format XXL et en paille tressée à large bord est sans conteste la pièce maîtresse de cette collection. La chemise blanche, pièce vénérée chez Simon, mais aussi le pantalon et la veste sont revisités dans des volumes volontairement exagérés. Sa griffe s’impose ainsi au fil des saisons. Les codes couleurs ? Du blanc, beaucoup de blanc, du noir, un peu de gris et une touche de rouge. Lin, coton, laine et dentelle blanche, les matières restent naturelles, sobres. L’Arlésienne, le Grand-Père, le Boulanger, le Berger, la Lavandière… Les modèles prennent des allures de personnages animés sur catwalk. Le costume provençal est revisité de façon moderne, poétique, intemporelle. S’inspirant du passé, le jeune créateur inscrit sa mode avec une esthétique brillantissime et une simplicité déconcertante dans le présent. La magie Jacquemus.

_jacquemus.com

 

 

jacquemus2LA PAROLE A :
Aurélia Vigouroux Consultante en Stratégie et Image MMMM
Le festival OpenMyMed est le rendez-vous de la nouvelle scène de la mode méditerranéenne initié par la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode depuis 2016. Après Yacine Aouadi, la MMMM invite cette année le créateur Simon Porte Jacquemus en produisant sa double exposition « Marseille, je t’aime » au MAC, du 12 mai 2017 au 14 janvier 2018 et au MuCEM, du 13 mai au 31 juillet. Le créateur réalise ainsi son rêve le plus cher, faire défiler sa collection « Les santons de Provence » à Marseille, sur la place d’Armes du Fort Saint-Jean. Save the Date le 13 mai ! Le festival OpenMyMed enrichit également sa programmation avec deux acteurs culturels défricheurs de jeunes talents, Photomed et Art-O-Rama, qui mettront en scène une sélection des lauréats OpenMyMed Prize 2010-2017. OpenMyMed réunit les talents méditerranéens et ouvre un dialogue interculturel à Marseille avec pour objectif de créer des capsules dans les 19 pays euro-méditerranéens !

Vous aimerez aussi

1 000 promesses de bons moments de Marianne MORIZOT  et Jean-Marc TASSETTI Mettons que vous louiez...

Grâce à Luxe Provence, créé en 2014, Tarik Koivisto partage nos plus précieux trésors avec le monde...

De toutes les communautés qui forment l’identité métissée de Marseille, les Italiens sont sans...