Expo « Guerre et Beauté » jusqu’au 4 juin à Six-Fours

Photo / Art  /   /  de Céline Bouchard

Une expo photo de toute beauté ! Le thème est lancé. Originaire du Var, Françoise Spiekermeier est sociologue avant d’opter pour le journalisme. Elle entre dans le vif du sujet en collaborant au supplément Voyages du quotidien Le Monde. En free-lance, elle part en reportage pour la presse magazine, réalisant peu à peu les photographies pour illustrer ses articles. En 1999, elle décide de couvrir des zones de conflits, notamment en Tchétchénie. Elle s’y rend en toute clandestinité, les autorités russes ne délivrant aucun visa aux journalistes et à Grozny, la capitale, elle partage la vie des civils et des combattants, de 1999 à 2003. Ses reportages sont publiés dans Paris-Match et la presse internationale. En 2001, Françoise obtient même le Prix Bayeux des Correspondants de guerre.

Pendant ses incursions répétées, elle partage le quotidien des femmes et photographie la magie d’instants volés. La recherche d’une émotion esthétique lui permet, à travers le filtre de ses objectifs, de supporter la peur ambiante et l’atmosphère morbide… Consciente de la toute puissance de l’image, elle essaie d’utiliser la beauté physique des femmes pour véhiculer l’information. Elle découvre aussi que la beauté tient une place importante dans le quotidien des femmes pendant la guerre, en tant que moyen conscient de résister et de se renforcer.

En 2008, elle décide de prendre ce thème pour fil rouge dans son travail et entame un projet de photographie documentaire sur la beauté et ses rituels intitulé « Beauties ». De son premier voyage, en Ethiopie en 2009, elle rapporte des clichés qui seront exposés à la Bibliothèque Nationale de France dans le cadre du Prix La Bourse du Talent. Très vite, Canal+ lui propose de faire des films documentaires sur ce thème. Elle rejoint donc l’émission Les Nouveaux Explorateurs qui l’amènera à réaliser entre 2010 à 2013, 7 films de 52 minutes dans 7 pays différents, en commençant par l’Ethiopie. Elle a publié en octobre 2016 un livre, « Beauties, la beauté sauvera le monde » aux éditions de La Martinière : un titre qui résume parfaitement son intime conviction.

À la Batterie du Cap Nègre, Françoise Spiekermeier a choisi de vous présenter des images de la Tchétchénie et de l’Ethiopie pour mettre en évidence la permanence de la recherche de beauté, au niveau des sujets eux-mêmes constituant ses modèles, mais aussi au cœur de sa démarche de photographe.

Batterie du Cap Nègre _Corniche de Solviou, Six-Fours _04 94 25 53 84
(Entrée par le Parc Méditerranée-parking)

Entrée libre et gratuite – tous les jours 9h30-12h & 14h-18h
Le 20 mai, pour la nuit des Musées, ouvert jusqu’à 20h

Vous aimerez aussi

Oui, il s’appelle Simon et il aime Marseille. L’enfance à Salon-de-Provence a laissé des traces...

La Villa Noailles à Hyères peut s’enorgueillir d’être le centre avant-gardiste de la mode et de la...

IAM entretient la légende avec ce 8ème album intitulé « Rêvolution ». 27 ans de carrière et...