Jacques Salles, l’art de la structure

Talents d’ici  /   /  de ToutMa

 

Jacques Salles est l’invité d’honneur de la 12ème édition du Sm’Art qui se tiendra du 11 au 15 mai 2017, à Aix-en-Provence. 

D’emblée, l’artiste se définit ainsi : « Je ne suis pas un sculpteur, je suis structeur ! J’invente des structures en assemblant des matériaux légers ». Voilà, c’est avec le mot « légèreté » qu’il nous faudrait définir son travail. Car il ne donne naissance à ses œuvres qu’avec des matériaux au poids plume : fil de pêche, garcette de nylon ou de polyester, sacs en polyéthylène, aluminium et acier inoxydable d’une très faible épaisseur. Ses pièces, aux formes abstraites et aux couleurs vives, dialoguent bien souvent avec le milieu naturel. Et certaines, les sémaphores, ont parfois besoin du vent pour prendre vie. Mais Jacques nous rassure : « Mes sémaphores résistent parfaitement au mistral ! ».

Depuis près de 40 ans, le « structeur » classe ses créations en sept grandes familles : les mobiles (dimensions variables entre 1 à 7 mètres de haut), les réseaux arachnéens, les palmes, les petites sculptures à souffler, les sémaphores, les bouquets et les rubans suspendus. Inspiré par les créations de la nature, cet ancien ingénieur diplômé de l’École Polytechnique imagine et conçoit pour nous distraire. Autrefois créateur d’ouvrages d’art, il est devenu aujourd’hui un concepteur au service de l’esthétique pure.

Sa pièce Bouquet suspendu rouge (déclinée ensuite en bleu ou rose) est une représentation métallique de la forme florale. Découpées dans le métal, les feuilles-fleurs sont collées sur des tubes en inox. L’extrémité de ces tubes est ensuite insérée sur une pièce porteuse en forme d’amande (la mandorle). Elle n’est pas sans nous rappeler le mobile rouge d’Alexander Calder (lui-même ingénieur de formation, en mécanique). Alors que l’Américain cherche l’équilibre le plus complexe possible, Jacques Salles, lui, déploie ses nombreuses feuilles-fleurs vers l’équilibre le plus parfait. Le jeu et l’ingéniosité se retrouvent dans l’ensemble de sa création. Il s’amuse avec son art comme il s’amuse avec le public : son « cyclope » baptisé Polyphème a été imaginé pour observer le visiteur dès son entrée sur les sites d’exposition.

Exposé à la galerie D.N.R (L’Isle-sur-La-Sorgue, Vaucluse) et à la galerie Pascal Lainé (Ménerbes, Vaucluse), Jacques Salles propose des oeuvres à partir de 300 € (pour les plus petits objets) et à plus de 15 000 € pour les grandes structures. L’artiste reçoit également sur rendez-vous pour la visite de son atelier et de son jardin de sculptures.

Jacques SAlles
994F Montée des Granets, L’Isle-sur-la-Sorgue _06 81 90 78 54

 

Sm’ART Salon Méditerranéen d’art contemporain
du jeudi 11 au lundi 15 mai 2017
Parc Jourdan à Aix-en-Provence.
Chaque année pendant cinq jours, le salon permet à tous les visiteurs de découvrir les créations artistiques actuelles, d’établir des contacts privilégiés avec les artistes et d’acquérir des œuvres d’art. L’édition 2017 marquera une étape majeure dans l’évolution du Sm’Art, avec l’introduction du design.

PHOTO EN UNE _Jacques Salles avec ses deux premières arachnées. ©Richard Krause
TEXTE _Elodie GAILLARD

Vous aimerez aussi

Oui, il s’appelle Simon et il aime Marseille. L’enfance à Salon-de-Provence a laissé des traces...

Une expo photo de toute beauté ! Le thème est lancé. Originaire du Var, Françoise Spiekermeier est...

Sur la terre ou dans les mers, et même dans l’espace interstellaire, les déchets nous entourent,...