Belmondo en majesté, au château de la Buzine 

Cinéma  /   /  de Jacques Lucchesi

 

Il fut, durant les années 70, l’acteur préféré des Français. Juste devant Alain Delon avec qui il forma plusieurs fois des duos prestigieux à l’écran. Le populo se reconnaissait dans sa gouaille, son audace et sa désinvolture. Quant aux femmes, elles craquaient pour son physique athlétique et son charme viril. Oui, Jean-Paul Belmondo – pourtant d’origine italienne – fut la parfaite incarnation du héros à la française, n’hésitant jamais à payer de sa personne dans des cascades et des acrobaties qui font encore frémir ses admirateurs. Les années ont passé et l’acteur, maintenant octogénaire, s’est éloigné des plateaux de tournage. Mais il reste encore très populaire, idole d’une nouvelle génération de comédiens comme Jean Dujardin, Gilles Lellouche ou Antoine Duléry. Et puis il y a tous ses souvenirs qui le lient au cinéma, le désir aussi de les partager. D’où le projet de cette exposition au château de la Buzine, haut lieu de la mémoire cinématographique du Midi. Tant il est vrai qu’un lien subtil unit Belmondo à Marseille (où il a souvent tourné).

Une plongée dans la mémoire du cinéma français, fascinante et nostalgique, dont Jean-Paul Belmondo a été, au XXème siècle, l’une des figures majeures.

Vendredi 30 juin, pour son inauguration, Bébel était là en personne, toujours enthousiaste et entouré de nombreux amis qui s’étaient spécialement déplacés pour lui – comme Charles Aznavour, Robert Hossein, Charles Gérard, Michèle Mercier ou Antoine Duléry. Ensemble,  ils contribuèrent à faire de cette soirée un moment inoubliable. Placé sous le savoureux calembour de Il bel mondo di Belmondo, l’exposition rassemble, au premier étage du musée, une centaine de documents, photographies et objets issus pour la plupart des archives de l’acteur. Voici un patchwork condensant la quasi-totalité des affiches de ses films pour mettre le visiteur en condition. Là, c’est la reconstitution de la petite chambre d’hôtel qu’il partageait avec Jean Seberg dans le mythique A bout de souffle de Jean-Luc Godard. Un peu plus loin, ce sont deux tables-vitrines dans lesquelles on peut voir des objets utilisés lors des tournages du Magnifique et de Peur sur la ville  – ah ! Cette pseudo carte de commissaire de police. On trouve également un joli petit portrait semi-abstrait  qu’a réalisé de l’acteur le peintre Barros. Une alcôve aménagée en loge et des affiches de théâtre rappellent que Belmondo fut et reste un amoureux des planches, trouvant dans Feydeau, Dumas ou Rostand des rôles à la mesure de sa grandiloquence. Et puis il y a, bien sûr, toutes les photos faites avec ses amis, qu’ils soient réalisateurs (Henri Verneuil, Philippe de Broca, Claude Lelouch), acteurs (Jean Gabin, Alain Delon, Lino Ventura) ou actrices (Anna Karina, Ursula Andress, Claudia Cardinale) qui valent à elles seules la visite. Pas mal pour le débutant à qui ses professeurs ne donnaient aucune chance de succès.

Jusqu’au 6 novembre 2017
Château de la Buzine _56 Traverse de la Buzine, Marseille 11ème
_04 91 45 27 60 ou 06 20 47 90 22.

Vous aimerez aussi

Sur des aires de paradis terrestre, nous fêterons les Paradis Perdus. Pour sa huitième édition du...

L’été est là, avec ses tenues légères et ses bikinis, ses senteurs iodées et ses plages de sable...

Il est à la tête des théâtres du Gymnase et des Bernardines à Marseille et du Jeu de Paume et du...