fbpx

Reqins, 30 ans de succès

Entrepreneurs  /   /  de Linda Mestaoui

C’est l’histoire d’une « success story » comme on les aime. Nous sommes en 1987, Jean-Carles et Régine Melki, frère et sœur, surfent sur « Epluchures beach » à Marseille, un spot exposé au vent très prisé des surfeurs. Guidés par leur feeling, les créateurs de la marque sont animés d’une même envie créatrice et du goût de l’aventure.

 

Pour comprendre l’ADN de la marque de chaussures, il faut s’imaginer le bleu de la mer qui flirte avec celui du ciel, la caresse du soleil sur la peau, la liberté qui joue un rôle majeur, et le sud de la France qui fait office de décor.  Le point de départ ? La création d’une marque de maillots de bain, « Just for beach » puis une collection de jeans, avant de se consacrer uniquement à la chaussure. Le succès est quasi immédiat, la marque envahit rapidement les boutiques de la côte d’Azur et s’impose d’elle-même assez naturellement. Elle répond aux envies ludiques, fun, d’une clientèle qui n’en est pas moins exigeante. En osant les orange, les bleus, les jaunes, les rayures ! « Des chaussures qui s’adaptent au sable, aux ballades, à un mode de vie loin des préjugés. » 

Reqins, c’est 400 000 paires vendues chaque année, sans communication, et près de 1000 revendeurs en France sans e-shop selon la volonté des dirigeants, dès le départ et encore aujourd’hui, de miser sur les boutiques multimarques, de privilégier les petits commerçants et le contact avec les clients. Reqins ne fait rien comme les autres et ça fonctionne !

Plusieurs étapes sur le chemin du succès : la marque réussit à s’imposer avec des chaussures en toile, un modèle décliné dans toutes les matières, toutes les couleurs, toujours à la pointe de la tendance. Plusieurs secrets : des chaussures confortables, un excellent rapport qualité prix, une marque qui ne se prend pas au sérieux et un sens du service client très fort. Parmi les meilleures ventes, le modèle Harmony : une ballerine à bout carré qui fait fureur au début des années 2000.

Trente ans plus tard, les collections couvrent les univers femme, homme et enfant, avec des modèles qui vont, selon les collections, de la ballerine à la botte, des talons aux sandales et jusqu’à la basket. Reqins, c’est encore aujourd’hui plus qu’une entreprise familiale, une histoire familiale où tous les avis comptent avec des valeurs suffisamment rares pour être soulignées (simplicité, humanité, respect, écoute, indépendance, instinct, gentillesse). Ce n’est pas un hasard si certains employés sont présents depuis plus de 20 ans. Toujours un regard posé sur l’avenir, Régine et Jean-Carles donnent aussi aux nouveaux arrivants la chance d’évoluer dans leur entreprise. Des patrons discrets mais très présents et impliqués au quotidien dans leurs bureaux marseillais du cours Pierre Puget. Ils vont bientôt s’agrandir, preuve qu’ils misent sur le futur, avec des nouveaux locaux de 500 m2 sur le cours Lieutaud. Une petite PME qui embauche en CDI, bravo ! Création, fabrication, recherche de matières, recherche de tendances et de diffusion, Reqins garde les pieds sur terre et la tête dans les étoiles.

Découvrez les belles images de la collection printemps/été réalisées par Lou Escobar sur reqins.fr

Vous aimerez aussi

Il est à la tête des théâtres du Gymnase et des Bernardines à Marseille et du Jeu de Paume et du...

La directrice du premier « village de marques à prix réduits » du sud de la France, formée en...

Sous le regard de Lou Escobar, notre cité phocéenne devient très californienne. Ce jeudi soir,...