Passion de l’art jusqu’au 24 septembre 

Photo / Art  /   /  de Emmanuelle Vigne

Encore quelques semaines pour venir découvrir l’admirable exposition estivale présentée au Musée Granet depuis le 24 juin. « Passion de l’art, Galerie Jeanne Bucher Jaeger depuis 1925 » déploie une centaine de chefs-d’œuvre de l’art moderne, contemporain, mais aussi de l’art primitif et asiatique. Elle retrace la passion d’une femme, Jeanne Bucher, puis de sa famille pour l’art, les artistes et de façon plus sensible, témoigne de l’émotion que l’expression artistique suscite, de « la fraîcheur et (de) l’émerveillement devant le mystère de l’acte créateur ». 

Des toiles signées Kandinsky, Ernst, Picasso, Giacometti, Braque, Lipchitz, Klee, Dubuffet, Masson, De Staël, Mondrian, Fromanger, Segui, Vieira da Silva etc. ponctuent un parcours chronologique marqué en trois parties. Celles des choix artistiques de Jeanne Bucher, de son neveu Jean-François Jaeger qui prend la direction artistique de la Galerie rue de Seine (Paris) en 1947, et enfin de la fille de ce dernier,Véronique Jaeger, depuis l’année 2000.

Galeriste engagée et reconnue pour sa témérité à promouvoir les artistes les plus novateurs, Jeanne Bucher mérite cet hommage qui lui est rendu à travers cette exposition. Depuis sa réouverture en 2006, le Musée Granet s’applique à célébrer des hommes et des femmes habités par cette même passion. Qu’il s’agisse de Philippe Meyer, Jean Planque, Frieder Burda, Harry Pearlman ou Doris et Donald Fisher, la découverte de leur collection, sous l’impulsion de son conservateur en chef Bruno Ely, révèle toujours la vraie personnalité de chacun d’eux mais renseigne aussi sur une époque, éclaire sur les rapports humains et surtout sur les goûts animant la période. L’approche sur la création reste ouverte, et ce point de vue permet un véritable dialogue avec le public en même temps qu’il suscite de justes questionnements.

On y apprend que Jeanne Bucher est une femme de conviction, mue par sa détermination, respectueuse et désintéressée. Trilingue, elle ouvre sa galerie en 1929. « Déjà rebelle à la germanisation de son Alsace natale après 1870, nous livre Bruno Ely, hostile au racisme et à la xénophobie de l’occupant allemand et du régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale, elle aide ses amis allemands anti-nazis, cache les artistes d’origine juive, protège les jeunes artistes qui crèvent la faim, tient tête aux officiers d’occupation qui viennent visiter et critiquer les oeuvres ‘interdites’ des artistes dits dégénérés exposées dans sa galerie. Elle dit vouloir prendre le contre-pied de cette époque sordide ». Cubistes, surréalistes et abstraits sont exposés dans un climat d’avant-garde. Le soutien et l’engagement de Jeanne Bucher envers les artistes lui permirent de gagner leur confiance et de nouer de profondes amitiés avec eux.

Un modèle que poursuit Véronique Jaeger, troisième génération de galeriste, qui déclare : « On est nécessairement, en tant que galeriste, les premiers collectionneurs de nos artistes ; c’est une relation intrinsèque… ». Prolongeant la voie de l’abstraction, Jean-François Jaeger se passionne aussi pour les nouveaux peintres figuratifs et réalistes des années 70 avec la promotion d’artistes tels que Hans Reichel puis Fermìn Aguayo et Alfred Moser. Le galeriste admirait Jean Planque rencontré au début des années 50, il entretint avec lui de longues conversations sur l’art et les artistes. Jean Planque possédait, disait-il, « ce regard unique qui permet d’entrer en communication de plain-pied avec les chefs-d’œuvre ». C’est aussi lui qui lui présenta Jean Dubuffet.

Toutes les œuvres présentées actuellement au Musée Granet constituent un magnifique parcours sans cesse renouvelé, un cheminement exaltant, nourri tant par la qualité et la diversité des œuvres que par l’histoire passionnante des Bucher Jaeger.

 

Musée Granet
place Saint-Jean de Malte, Aix-en-Provence
Du mardi au dimanche, de 10h à 19h _8€  _04 42 52 88 32
www.museegranet-aixenprovence.fr

Vous aimerez aussi

Si la vie culturelle s’assoupit durant l’été à Marseille, elle peut compter sur la Friche Belle de...

La petite rue du Chevalier Roze va-t’elle devenir le cœur de l’art contemporain dans le quartier du...

Le plus anglais des impressionnistes est à l’honneur durant tout l’été à l’Hôtel de Caumont. Une...