Vingt-cinq bougies pour la Friche Belle de Mai

Divers  /   /  de Jacques Lucchesi

En ce temps-là, la France fumait beaucoup – beaucoup trop –  et la manufacture des tabacs de la Belle de Mai fonctionnait à plein régime. Pensez donc ! Elle ne produisait rien moins qu’un cinquième des cigarettes françaises, Gauloises et Gitanes confondues. Mais tout se perd, même les mauvaises habitudes, et cette filiale de la SEITA ferma définitivement ses portes en 1990. Un autre destin l’attendait sous peu : devenir un lieu d’art contemporain. Le phénomène « friche » était alors en marche et, deux ans plus tard, celle de la Belle de Mai ouvrait ses portes, à l’amble de la friche des anciens abattoirs, dans les quartiers nord. Au fil du temps, la première devait s’imposer, par sa capacité à intégrer de nouveaux groupements artistiques, comme le plus important centre d’art contemporain de Marseille. En cette fin d’année 2017, elle entre pleinement dans l’âge adulte en fêtant son premier quart de siècle. Un anniversaire qui sera dignement célébré le samedi 9 décembre. En voici le déroulement.

Dès 11 heures, trois nouveaux espaces (GMEM, plate-forme pour la jeunesse, Ecole Supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée) seront inaugurés en présence de Jean-Claude Gaudin (maire de Marseille), Martine Vassal (présidente du Conseil départemental des BDR) et Renaud Muselier (président de la Région PACA). Ils rappelleront, par leur présence, que ces trois institutions sont activement impliquées dans le bon fonctionnement de la Friche. A 14 heures, le compositeur Jean-Marc Montera proposera au public une scène ouverte réunissant le GMEM, le Cabaret Aléatoire et Radio Grenouille, ainsi que quelques autres structures musicales en résidence à la Friche. Surprise auditive garantie. Le temps du débat viendra à 18 heures, aux Grandes Tables. « La Friche a 25 ans, maintenant et après » : tel est le thème de la rencontre conçue et animée par Fabrice Lextrait. Le temps va sans nul doute défiler à l’envers, avec des images et des sons d’archives embrassant la grande et la petite histoire de ce lieu typique de notre modernité urbaine. Parallèlement, dans la salle de la Cartonnerie, le traditionnel marché de Noël proposera aux visiteurs bon nombre de produits artisanaux faits par des créateurs locaux. Quant aux enfants, ils pourront profiter de la kermesse voisine et de ses  jeux saisonniers.

 

Il faut signaler que, durant ce fameux week-end, toutes les expositions actuellement à l’affiche seront en entrée libre.Profitez–en pour voir celle du cinéaste allemand Harun Farocki qui s’est attaché, sous l’intitulé Empathie, à montrer la diversité du travail dans le monde d’aujourd’hui (Tour Panorama, 5ème étage). Ou, un étage au dessous, l’exposition collective de photographies du réel Ikbal-Arrivée, dans le cadre des Rencontres à l’échelle. De quoi devenir, après un tel week-end, un assidu de la Friche Belle de Mai. Après tout, elle le vaut bien.

La Friche Belle de Mai
41 rue Jobin, Marseille 3ème
_04 95 04 95 95

Photos de la Friche _Caroline Dutrey

Vous aimerez aussi

Pierre Tal Coat est présent depuis 1985 dans la collection permanente du Musée Granet et plus...

Beaucoup l’attendaient et elle est arrivée au MuCEM, la grande exposition autour du football pour...