Regards de Provence : les voyages d’André Maire, jusqu’au 27 mai 2018

Photo / Art  /   /  de Jacques Lucchesi

 

Tout comme il y a des écrivains voyageurs (que le seul mot de « tourisme » énerve), il y a ou du moins il y a eu des peintres voyageurs. Des peintres peu sensibles aux charmes de leur terroir. Des peintres pour lesquels l’inspiration était liée au mouvement perpétuel et à la découverte d’horizons lointains. Des peintres qui unirent en un même projet la description du monde et sa sublimation artistique. À n’en pas douter André Maire (1898-1984) fut de cette race-là. Quoique né à Marseille à une époque où tout était encore à peindre, il choisit assez tôt de mener sa double carrière d’enseignant et de peintre loin, bien loin, des limites de sa ville natale. Mais, après tout, n’a-t-elle pas toujours été une plate-forme vers l’ailleurs, le point de départ et d’arrivée de toutes les aventures humaines ? C’est ce destin, aussi intense qu’expansif, que s’attache à retracer la nouvelle exposition du musée Regards de Provence. En quelques cent vingt œuvres, des huiles et des dessins, pour l’essentiel, elle nous invite à marcher dans les pas de ce peintre sensible et discret, depuis sa formation sous les auspices d’Émile Bernard (dont il épousera la fille) jusqu’à ses dernières expéditions picturales à Madagascar, à la fin des années 1950. Entre temps, il aura parcouru l’Égypte, l’Inde, l’Indochine et l’Afrique sub-saharienne avec une curiosité inlassable pour leurs coutumes et leurs habitants, un carnet de croquis toujours à portée de main.

L’influence des Nabis se retrouve dans son goût pour les temples et les statues religieuses qu’il représentera avec un grand sens du détail. Et comment ne pas songer à Gauguin, cet autre exilé de génie, devant ces scènes de genre exotiques et tout en aplats, avec leurs personnages aux formes ondulantes, aux traits volontairement absents ?  Toutefois, c’est dans le dessin et la gouache qu’André Maire excelle à saisir la diversité du vivant. Là, son trait se fait plus souple, moins figé que dans ses huiles ; et l’usage du sépia dans bon nombre d’entre eux ajoute encore à la patine que le temps donne naturellement aux œuvres sur papier. Celles qu’il a consacrées au Marseille des années 1920 ne sont pas, à mon avis, les moins intéressantes ; elles regorgent d’informations sur l’urbanisme et les mœurs de cette époque. Il faut également faire une place aux portraits, et surtout aux autoportraits qui révèlent, avec son visage, une personnalité altière et délicate à la fois.

Après Joseph Inguimberty et ses escapades asiatiques, Regards de Provence poursuit sa redécouverte des peintres marseillais de tradition exotique, témoins d’une époque à jamais révolue : celle de la colonisation. Dépaysement assuré.

Regards de Provence : les voyages d’André Maire
Du 16 décembre 2017 au 27 mai 2018.
Informations au 04 96 17 40 40.
Ou sur le site : www.museeregardsdeprovence.com

 

Vous aimerez aussi

Si l’Histoire n’était que la chronologie des grandes batailles et l’hagiographie de ses principaux...

Une exposition événement qui confronte, à travers leurs œuvres, deux géants de l’art moderne.

Pierre Tal Coat est présent depuis 1985 dans la collection permanente du Musée Granet et plus...