Archives Municipales : Quel amour d’enfant ! jusqu’au 28 avril

Divers  /   /  de Jacques Lucchesi

Là un groupe de petits Ch’tis découvrent avec allégresse notre parc Borély. Ici, c’est une fillette à l’air mutin qui pose à côté de sa mère, d’allure sévère. Ailleurs, une belle jeune femme brune regarde avec amour le bébé à qui elle vient de donner le jour. Ce sont quelques photos en noir et blanc, parmi des centaines d’autres, qui racontent la vie familiale et l’évolution du statut de l’enfant à Marseille, entre 1900 et 1950. Elles forment le principal de cette exposition concue par les historiennes Anne Carol et Isabelle Renaudet, même si on y trouve aussi quelques tableaux remarquables, comme  Belle de Mai, de  J B Arnaud-Durbec et  Petite italienne au quartier du Panier, d’Anthony Régnier. Un bon nombre de documents écrits (registres d’état-civil, cahiers d’écoliers, livres illustrés) et d’objets d’époque (pupitre, vélo, landau, couveuse) étayent aussi cette recherche du temps jadis qui se décline en sept sections : naître, nourrir, soigner et protéger, à l’école, au travail, jouer, lire. De ce monde plus simple et plus rude que le nôtre sont sorties progressivement toutes les innovations, médicales, pédagogiques et sociales, qui ont bénéficié à notre propre enfance. Une mélancolie puissante se dégage de certains portraits et autres narrations photographiques. Rapidement, on se surprend à imaginer ce qu’ont pu être les vies de ces (presque) anonymes, proches et lointains à la fois, pour la plupart disparus aujourd’hui. Leurs traces nous renvoient inévitablement à toutes celles que nous laissons sur Instagram et sur Facebook pour les historiens du futur. Non, l’enfance n’est pas qu’un sujet léger de saison mais bien le point de départ obligé d’une réflexion sur le progrès, le changement et le souvenir.

Archives Municipales
1à, rue Clovis Hughes, Marseille 3ème

Entrée libre.

archives

Vous aimerez aussi

Il y a exactement quarante ans, Marseille entrait enfin dans l’ère du métro. Un anniversaire...

Tout comme il y a des écrivains voyageurs (que le seul mot de « tourisme » énerve), il y a ou du...

Entre novembre et décembre, les Archives départementales des Bouches-du-Rhône proposent aux simples...