Philippe Puron, le rêve américain

Entrepreneurs  /   /  de Céline Bouchard

Le parcours professionnel de Philippe Puron fait rêver. Il a tout de l’idée qu’on se fait du rêve américain. La vie est faite de rencontres et d’opportunités, chacun le sait. Et la réussite relève de cette combinaison de talent et d’audace, une évidence. Le décorateur des stars françaises de Los Angeles pimente cette recette du succès avec son charme, mélange de volubilité et de détermination.

 

ToutMa : Comment devient-on le décorateur des stars ?

Philippe Puron : En 2004 je suis parti rejoindre mon meilleur ami, Christian Audigier, à Los Angeles pour faire le design de ses collections de mode, notamment pour Ed Hardy. Lors d’un dîner chez Christian, j’ai rencontré Arthur et Estelle qui ont adoré la décoration de sa maison. J’ai alors dessiné la leur dans un style « mid-century » sur les hauteurs de Beverly Hills. Puis il y a eu Danny Boon qui s’installait à Los Angeles. Ensuite, Johnny et Laeticia que je connaissais déjà, m’ont confié la décoration de la demeure qu’ils venaient d’acheter à Bel Air. Johnny voulait un style chic et rock’n’roll. Nos goûts se sont tellement bien accordés qu’ils m’ont ensuite confié la décoration de leur villa de Saint-Barth’, puis la rénovation de la maison de Marnes-la-Coquette. Nous sommes devenus amis. Ensuite il y a eu le très gros chantier de celle de Pacific Palisades où ils vivaient encore jusqu’à la disparition tragique de Johnny. C’est ainsi que je me suis fait un nom à L.A. et que j’ai pu faire la villa de Cathy et David Guetta à Burbank, une « mansion » toute blanche de 2 000 m2 avec lac privé, studio d’enregistrement, salle de cinéma, salle de sport, cabinet de coiffure et manucure etc. Un lieu qui a ensuite été loué à Rihanna et Justin Bieber.

TM : Comment t’es-tu destiné à l’architecture intérieure ? Avais-tu une formation initiale ?

PP : Non, je suis un autodidacte. J’avais des magasins Chipie, je venais du monde de la mode et travaillais comme designer. Je suis venu à la déco par goût et parce que les gens appréciaient mon style.

TM : Pourquoi les États-Unis ? Combien d’années es-tu resté là-bas ?

PP : J’ai toujours été attiré par l’Amérique et le rêve américain, par ce pays où tout est possible. Il y a, à Los Angeles notamment, une qualité de vie incroyable. J’y suis resté 10 ans.

TM : Quels sont des designers préférés ?

PP : J’ai un faible pour la mise en scène de Ralph Lauren, son art de vivre m’a toujours inspiré pour mes propres décorations. Je n’aime pas le côté minimaliste de l’architecture trop moderne, j’aime les endroits vivants, chargés d’émotions, avec une atmosphère dont on se souvient… J’aime les lieux intemporels.

TM : Quels sont tes modes d’inspiration ?

PP : J’adore le mélange des styles, je m’inspire beaucoup de la mode vintage, de la rue, de mes voyages. Je chine énormément, je fais les puces partout où je voyage.

TM :  Comment définirais-tu ton style, ta signature ?

PP : Élégance, raffinement, chic intemporel, je n’aime pas les phénomènes de mode. J’ai mon propre style, qu’on copie souvent. Sur mes chantiers, je travaille en symbiose avec mes clients, je leur apporte ma signature et mes idées tout en écoutant leurs envies, bien entendu.

TM : Quelles sont tes plus belles réalisations, celles dont tu es le plus fier ?

PP : Les maisons de Johnny et Laeticia à Pacific Palisades et à Saint-Barth’, dans des styles complètement différents, car ils m’ont fait confiance et m’ont donné carte blanche. Et aussi ma maison de Marseille, dans un style plutôt classique chic.

TM :  Saurais-tu décrire ta maison idéale dans ta destination idéale ?

PP : Une maison familiale lumineuse au bord de la mer, à Tulum peut-être, au Mexique ou en Méditerranée.

TM : Tu as un rapport particulier avec Marseille, je crois. Comment qualifierais-tu la ville aujourd’hui ?  Y vis-tu actuellement avec les tiens ?

PP : Je vis entre Marseille et Los Angeles depuis 20 ans, avec un passage en Belgique où j’ai travaillé avec Luc Duchêne pour ses différentes marques. J’ai aussi habité Saint-Rémy-de-Provence avec Christian Audigier dans les années 1990. Marseille est une ville que je n’ai jamais abandonnée. J’aime sa douceur de vivre, sa lumière, la proximité de la mer, le côté provençal…

TM : Aujourd’hui, quels sont tes projets ?

PP : Je vis et je travaille dans ma maison de Marseille. Je rachète et réhabilite de vieux appartements que je revends complètement décorés, prêts à habiter, clés en main. J’ai aussi plusieurs chantiers de déco. Je viens de terminer un appartement de 180 m2 pour le nageur Fabien Gilot et sa charmante compagne Audrey. Je suis en train de rénover pour des clients marseillais une grande maison près de la mer à la Pointe-Rouge. Je retourne aussi ponctuellement à Los Angeles pour des sollicitations de clients et pour trouver de nouvelles inspirations.

Photos en Une _ Emmanuel Bournot

Vous aimerez aussi

Terre des extrêmes, à l’orée du cercle polaire, cette île enchanteresse vous promet un voyage...

Sensible à la cause animale mais amatrice de belle maroquinerie, Virginie Barbier peine à trouver...