Actualité littéraire, la sélection de la rédaction

Livre  /   /  de Olivier Emran

Boucherie Ovalie, Guide de survie au pays du rugby
Le rugby, c’est pointu ! Y a qu’à voir le ballon déjà : une pointe d’un côté et une pointe de l’autre. Un objet qui ne rebondit jamais deux fois pareil. Et puis, les règles… L’arbitre il siffle des choses super loufoques que personne ne comprend. Alors, forcément, ça ne peut pas donner un jeu normal. En plus quand tu introduis les gifles, les cravates et les fourchettes aux yeux, là tu plonges dans la quatrième dimension. Bref, il fallait un travail de pédagogie pour expliquer calmement, sans s’énerver, ce qu’est le rugby moderne à ceux qui n’en savent rien. Voila qui est fait avec ce livre d’amateurs de rugby éclairés et à l’humour potache. Une troisième mi-temps qui vous initiera aux techniques, aux règles, aux stratégies, aux modes d’entraînement et vous présentera les stades, les matchs à connaître et les pratiques sociales (oui, oui… il y en a des pratiques sociales… le bourre-pif par exemple).
_290 pages, Éditions Marabout _29 €

 

Le Cinéma d’action américain d’Olivier DELCROIX
Les Américains, il faut reconnaître qu’ils sont vraiment balèzes dans le cinéma d’action. Quand nous on a Maigret, eux, ils nous balancent du Dirty Harry. Quand nous on a Les Visiteurs, eux ils nous envoient The Expendables. Que faire ? Mais rien, ami cinéphile ! Rien de rien. Si ce n’est de se procurer ce superbe ouvrage, méchamment documenté qui t’expliquera (au travers de tous les films que tu reconnaîtras) ce qu’est l’action quand elle est traitée par les maitres du genre, du tout début (en 1896) à nos jours. L’action, dans le ciné français, y a pas à dire, mais faut vraiment la chercher profond quand on regarde Le Genou de Claire
_190 pages, Éditions Hoëbeke _29,90 €

 

Le Flying Circus des Monty Python d’Adrian BESLEY
La première fois que j’ai vu un truc des Monty Python, c’était en 1980, le film La Vie de Brian. Après cela, rien n’a été comme avant : les philosophes grecs qui mettent la branlée au foot aux philosophes allemands, le spam (and spam, spam, spam, spam…), le chevalier qui dit « ni, bigus dickus », le ministère des démarches idiotes, etc. Le monde s’éclairait enfin sous son véritable aspect : un grand bordel totalement foutraque. Bref : lisez ce livre superbement bien fait et regardez leurs films et leurs séries. Vous verrez le monde comme il est : taré et anglais.
_96 pages, Éditions Hoëbeke _35 €

 

Le Vol du gerfaut de Jean CONTRUCCI
Môssieur Contrucci fait partie de mon horizon littéraire marseillais. Il est incontournable, érudit, haletant. Je l’ai eu au téléphone à quelques reprises depuis que j’anime cette rubrique et je peux rajouter qu’en plus du reste il est d’une grande gentillesse. Bref, quand il parle de Marseille ou bien qu’il met en scène ses personnages (à travers les siècles mouvementés de notre cité), Jean est toujours dans la justesse. Et en plus il a le sens du rythme et du titrage de chapitre ! C’est donc toujours avec un certain plaisir que je découvre sa dernière parution. Cette fois-ci, il s’attaque aux affres de l’écrivain connu… qui ne veut pas rendre son dernier livre à son éditeur. Pour cela, il organise le vol de son manuscrit… Mais, un jour, il reçoit un livre, SON livre… portant un nom qui n’est pas le sien… Le gerfaut est-il hors de son charnier natal ?
_240 pages, Éditions HC _19 €

 

Les Zombies au cinéma d’Ozzy IGUANZO
Moi et les zombies, on a toujours hésité entre franche rigolade et grosse trouille. Avec ce livre très bien documenté et bien écrit, j’aurais presque envie d’en avoir un pour ami… Mais je vais me contenter de mon chat pour l’instant. À ne pas lire la nuit avant de se coucher.
_228 pages, Éditions Hoëbeke _29,90 €

 

Remarques en passant d’Alain SAGAULT
Un livre soutenu par Jacques Lucchesi est certainement un bon livre. Ce recueil de réflexions sur le monde tel qu’il va doit sûrement s’inscrire dans cette exigence. Pour en savoir plus : editionsduportdattache.blogspot.fr
Éditions du Port d’Attache _6 €

 

Les Légumes, quelle aventure ! de Virginie TEOULLE et Michela ECCLI
Comment faire manger des légumes aux enfants ? Solution 1 : en leur faisant du chantage (tu bouffes tes épinards sinon c’est ton doudou que je bouffe). Solution 2 : en leur passant tout (je te laisse regarder Les As de la jungle saison 1 et si, éventuellement et sans te commander, tu voulais bien manger une carotte pour faire plaisir à Papa, il serait trooooop heureux). Et solution 3 : acheter ce livre qui, non content d’être un bel imagier des légumes, propose de jolies recettes à réaliser en cuisine avec les parents ou les grands-parents (ça fera des vacances aux parents tiens !)
_28 pages, Éditions Rue de l’Échiquier _16,50 €

 

La Fissure de Jean-Paul DIDIERLAURENT
Le dernier représentant d’une entreprise de nains de jardins découvre un beau jour une fissure sur l’une des façades de sa maison de campagne… Et là, tout bascule. Vous avouerez que comme point de départ, là, on fait dans l’étrange ! Ce troisième roman de l’auteur du Liseur du 6h27 (370 000 ventes chez Folio), se lance sur les traces de Xavier Barthoux (le propriétaire de la susdite maison de campagne) accompagné d’un nain de jardin. Vous en dire plus serait nainjuste. À vous maintenant de rentrer dans cette fissure !
_327 pages, Éditions Au Diable Vauvert _18 €

 

Comme chez moi de Yasmine et Farrah WASHASH et Natale TOWELL
Un livre autant qu’un chemin de vie si l’on lit attentivement l’introduction de Comme chez moi. Yasmine est d’origine irakienne, elle fait des études à l’école hôtellière de Lausanne, elle épouse un Français et elle vient s’installer à Marseille. Ne parlant pas encore très bien la langue à l’époque, elle décide de parler la pâtisserie, langue éminemment internationale. Quelques années plus tard, elle crée sa pâtisserie (Minoofi) et sort aujourd’hui ce beau cookbook, disponible également en anglais. Miam et Yummi !
_160 pages, Éditions Minoofi Bakery _28 €  À commander sur : www.minoofi.fr

 

La Femme au colt 45 de Marie REDONNET
La romancière marseillaise Marie Redonnet (en lice d’ailleurs pour le Prix littéraire des lycéens et apprentis PACA 2018) frappe fort avec cette fable dystopique féminine qui met son personnage, Laura Sander, une comédienne exilée (mais avec un flingue et on ne va pas se mentir, ça change tout de suite le rapport de force…), aux prises avec les réseaux de passeurs et la mafia locale du pays dans lequel elle finit par atterrir, la Santarie. Malgré son calibre 45 on n’est pas dans du Tarantino, même si le style est « coup de poing », l’histoire étant surtout prétexte à aborder des sujets sensibles avec un point de vue très original. Un récit sobre et bizarrement envoûtant.
_108 pages, Éditions Le Tripode _9 €

 

Les Linh Tho, immigrés de force de Pierre DAUM et Clément BALOUP
Nul n’est prophète en son pays, paraît-il… mais il y a des prophéties dont certains exilés se passeraient bien. La magnifique bande dessinée, tout en aquarelle, de Pierre Daum et Clément Baloup retrace une histoire méconnue qui s’est déroulée en Camargue pendant la deuxième guerre mondiale, celle de jeunes Indochinois que le régime de Vichy avait alors mobilisés pour travailler dans les rizières camarguaises et développer des techniques de cultures inconnues en France. Le sujet pourrait paraître lourd et l’histoire grave, mais le récit d’enquête de Pierre Daum fait la part belle à l’humanité des témoins qu’il a réussi à retrouver et nous offre une fresque aussi touchante que nécessaire.
_56 pages, Éditions La Boîte à bulles _14 € 

 

France Gall, des amours, des chansons et des larmes d’Alain WODRASCKA
Dans les catégories « les temps sont durs » et « on a le cœur gros », comment ne pas évoquer la disparition récente de France Gall ? Alors allons-y, pleurons un bon coup ensemble puisqu’on en a besoin. Pour nous aider, le livre d’Alain Wodrascka recueille pas moins de 50 témoignages, histoire de se sentir moins seul, qui évoquent tant la vie professionnelle que personnelle de cette icône de la chanson française qui a su traverser les décennies, souvent même sans actualité médiatique. Il rappelle d’ailleurs fort justement que celle qu’on a souvent présentée comme une « muse », la « fille ou la femme de » était d’abord une grande interprète et une dénicheuse de talents plutôt qu’un oiseau déniché. Et ça, on a beau être tristes, on doit bien avouer que ça balance pas mal !
_312 pages, Éditions L’Archipel _20 € 

 

 
M U S I Q U E

Agitato Charismatic DISSONANT NATION
Ça bouge bien, c’est jeune, c’est joliment mixé. Cet « Agitato Charismatic », enregistré à Marseille dans le studio de Simon Henner, se veut beaucoup plus pop et parsemé de sons électroniques que le premier opus du groupe. Lucas Martinez, son chanteur le dit : « Nous avions envie d’un bol d’air frais et d’une production plus moderne pour ce disque ». Who killed the President, le premier single de l’album, a fait le buzz sur les réseaux sociaux (avec plus de 50 000 vues sur Facebook en une semaine). Cette année, le groupe travaille à l’organisation de sa tournée et à la sortie d’un vinyle (prévu pour février/mars).
Pour tout savoir sur le groupe : www.dissonantnation.com

Vous aimerez aussi

  Les Gâteaux de ma vie de Nicolas CHAMPAUD Le livre est sous-titré en anglais « The cakes of my...

Lisa brosse le portrait littéraire d’un journaliste d’une autre génération que la sienne et qu’elle...

  Ahmid et Dahlila de Michel MIFSUD L’histoire de la France et celle de l’Algérie, retracées avec...