Picasso Picabia, jusqu’au 23 septembre 

Photo / Art  /   /  de Emmanuelle Vigne

Picasso, n’ayant besoin de personne, s’était toujours tenu à l’écart de ceux qui auraient pu le compromettre », se rappelait vers 1920 Germaine Everling, la compagne de Francis Picabia. On dit aussi que Picasso se faisait appeler « Picabia » lorsqu’il avait quelque chose à se faire reprocher. L’anecdote est symptomatique de l’ambiguïté de la relation des deux peintres, plus proche de la défiance que de l’amitié. Présentée dans le cadre des manifestations « Picasso Méditerranée », l’exposition s’organise suivant une logique à la fois thématique et chronologique, de 1907 au début des années 1970. Le parcours (du cubisme aux années 1950) s’articule autour des expériences de chacun dans une totale liberté artistique et dénote une même volonté de la part des peintres : s’inscrire en rupture avec l’idée même de style. Au total, 150 œuvres jalonnent l’exposition pointant les moments clés de la carrière des deux artistes.

Musée Granet place Saint-Jean de Malte, Aix-en-Provence _04 42 52 88 32
_museegranet-aixenprovence.fr

Vous aimerez aussi

Les collectionneurs d’art se partagent en deux clans. D’un côté ceux qui chérissent jalousement...

Parce que le pèlerinage à Saint-Barth’ risque d’être compliqué et de demander le déploiement de...

Mettre en valeur la richesse des liens unissant Picasso à la Grande Bleue… tel est l’objectif que...