La fabuleuse histoire d’Edmond – le génie Michalik, raconté par Stéphanie Caillol

Célébrités  /   /  de Céline Bouchard

Edmond, la pièce de théâtre aux cinq Molière 2017, va être donnée à Marseille lors d’une représentation unique au théâtre Silvain, dans le cadre du merveilleux festival Des mots, des étoiles, le 4 juillet prochain. Stéphanie Caillol, comédienne originaire de Marseille, fait partie de l’équipe des douze comédiens qui portent haut cet énorme show théâtral et nous livre l’intimité de cette formidable épopée.

ToutMa : Qu’est-ce que ça fait de jouer dans une pièce à succès ?

Stéphanie Caillol : C’est extraordinaire de faire partie d’un projet qui attire 700 personnes tous les soirs, toute l’année… et ça pour un acteur, c’est quelque chose d’incroyable. Bizarrement, la troupe a mis du temps à se rendre compte de l’ampleur du phénomène. On a fini par en mesurer l’impact lors de nos dîners à l’extérieur au cours desquels des gens nous exprimaient l’exaltation que suscitait la pièce. Je me dis souvent que quoi qu’il arrive, j’aurai eu la chance de vivre cette aventure dans ma vie, d’avoir participé à la création d’un spectacle unique, en synergie totale avec toute une équipe (de douze comédiens) et avec Alexis Michalik, qui a ce talent de fédérer les gens.

TM : Justement, comment le décrirais-tu, toi qui as eu la chance de travailler avec lui plusieurs fois ? 

SC : C’est un incroyable directeur d’acteurs. Il sait très précisément ce qu’il veut, comme un chorégraphe. Il est omniprésent. Et c’est vraiment la star du spectacle… ce qui est normal. Comme c’est un spectacle choral, les comédiens sont avant tout, dans le bon sens du terme, les serviteurs de son œuvre. D’ailleurs, dans la presse en général, on parle très peu des acteurs d’Edmond. Je crois que la pièce est construite pour qu’on ne retienne que l’œuvre. C’est une expérience unique en son genre pour nous, les comédiens, car on s’oublie ! On est dans une mécanique très précise, telle que le trac disparaît assez vite, tant on donne de représentations… 450, vous imaginez ? Le danger, c’est de perdre son émotion. Alors là, l’enjeu, c’est d’être vigilant
et d’affiner toujours son interprétation. Comme Jeanne, mon personnage, a en commun avec moi l’amour de la poésie, cela m’aide beaucoup. Elle a du caractère et devient vite la muse d’Edmond Rostand. Ça me stimule aussi ! (Rires)

TM : Toujours au sujet de Michalik, comment as-tu fait sa connaissance ? Que penses-tu de son travail ?

SC : J’ai rencontré Alexis fin 2008… Je suis allée voir sa pièce de l’époque, La Mégère à peu près apprivoisée, et quelques mois plus tard, un ami comédien que nous avons en commun m’a informée qu’Alexis cherchait une actrice pour quatre dates, en remplacement sur cette pièce, justement. J’ai bossé tout l’été pour me préparer. Je savais tout par cœur tellement j’avais envie d’être choisie. Alexis a tout de suite compris que j’étais déjà parfaitement conditionnée pour le rôle (Rires)… Je l’ai adoré d’emblée ! À ce moment-là, il n’était pas encore très connu. On commençait à en entendre parler mais ce n’est qu’avec Le Porteur d’histoire (dans lequel j’ai également joué), qu’il est devenu célèbre… et qu’on l’a adulé ! Les gens hallucinaient de voir ce jeune trentenaire tout faire seul. C’est un homme d’une vivacité prodigieuse, doté d’une capacité d’observation énorme, fasciné par les histoires… qu’il sait parfaitement retranscrire avec le juste rythme. Et il pige très vite les marges de progression de ses acteurs… Les choses sont simples avec lui, limpides. C’est une qualité qui nous permet en plus d’être amis dans la vie !

TM : Et qu’est-ce que ça fait de venir jouer à Marseille quand on est marseillaise ?

SC : C’est une grande et belle émotion… comme un joli signe de la vie qui dirait : « Tu as toujours cru en toi malgré les difficultés. Tu as persévéré en confiance et tu vis aujourd’hui du métier que tu aimes. Et cerise sur le gâteau, tu joues dans cette ville où tous tes rêves sont nés… Tu peux être fière ! »

EDMOND le 4 juillet
Théâtre Silvain
chemin du Pont, Marseille 7e
_www.desmotsdesetoiles.fr

Vous aimerez aussi

Les collectionneurs d’art se partagent en deux clans. D’un côté ceux qui chérissent jalousement...

Parce que le pèlerinage à Saint-Barth’ risque d’être compliqué et de demander le déploiement de...

Le 30 mai dernier, les Marseillais ont assisté à l’inauguration du 1er hôtel NH Collection de...