Fondation LUMA, Maja Hoffmann la mécène d’Arles 

Célébrités  /   /  de ToutMa

Une secousse artistique de grande ampleur fait vibrer Arles la romaine. Touchée par la baguette magique de Maja Hoffmann, discrète et visionnaire créatrice de la Fondation Luma, la ville a pour ambition de se hisser au rang des plus grandes capitales culturelles mondiales. 

 

Une enfance à la croisée de l’art et de la nature

Deux univers façonnent le destin de cette femme hors du commun, mécène en art contemporain et cohéritière des laboratoires pharmaceutiques Roche. Elle grandit entourée de tableaux qui marqueront l’histoire de l’art. Sa grand-mère, collectionneuse d’œuvres de Picasso, Jean Arp ou encore Max Ernst, marque pour toujours sa jeunesse. Elle trouve un deuxième modèle qui l’inspirera dans ses projets en la personne de son père, ardent défenseur de l’environnement, qui consacre une partie de sa fortune et de sa vie à la protection de la nature. C’est ainsi, dans les grands espaces sauvages de la Camargue, que Maja grandit, jusqu’à ses 15 ans. Elle se fait la promesse d’y revenir un jour…

Dessine-moi un projet unique au monde

Portée par ses passions, Maja Hoffmann l’Arlésienne imagine un lieu unique dans la ville de son enfance. Luma Arles voit le jour en 2014, avec pour ambition de concevoir et développer le Parc des ateliers, niché dans une friche industrielle de 11 hectares, aujourd’hui véritable écrin futuriste à la lisière de la ville. Un pari fou, en passe de devenir réalité. Pour faire aboutir ce rêve, cette esthète dessine le musée du xxie siècle, lieu de création artistique, écologique et social. Sa fondatrice ne compte pas et investit près de 150 millions d’euros pour mener à bien ce projet pharaonique. Cinq bâtiments industriels datant du xixe siècle ont été rénovés pour former un archipel de lieux de création connectés : les Forges, la Mécanique générale, la Formation, l’Ancien Bâtiment administratif et la Grande Halle. Luma est conçu comme un lieu multiple et avant-gardiste : à la fois centre d’art, de recherche et de production. Maja Hoffmann investit dans l’art contemporain, présente des expositions d’art, de photographie ou des installations. Dans un interminable processus créatif, elle invite Benjamin Millepied, danseur et chorégraphe, à résider à Luma, pendant trois ans, avec sa compagnie L.A.  Dance Project. En imaginant une synergie entre tous les arts, cette passionnée entend bien réveiller Arles, hors des Rencontres, et ainsi créer une effervescence permanente. 

Frank Gehry : l’architecte du mouvement donne l’impulsion

Chaque jour, l’édifice star de LUMA monte toujours plus haut vers le ciel. Pour le concevoir, c’est tout naturellement vers Frank Gehry, l’architecte audacieux de la Fondation Louis Vuitton ou du musée Guggenheim de Bilbao que Maja Hoffmann s’est tournée. Ce bâtiment symbolise le savant équilibre entre la période romaine, la friche industrielle et la modernité. Telle une mosaïque de modules, la façade de verre et d’acier joue avec la lumière, à l’image des coups de pinceau de Van Gogh. 

Tel un phare de 56 mètres de haut, il sera visible de loin, en Camargue. Depuis les « glass boxes » du 8e étage, on pourra contempler la vieille ville et le Rhône. Inaugurée en 2020, la tour de Frank Gehry marquera l’achèvement de Luma. Désormais, l’utopie de Maja n’est plus un rêve.

Nature et culture en symbiose

Influencée par son père, elle a imaginé le parc-jardin comme une œuvre d’art à part entière. Passerelles vers la ville, faune et flore locales créeront des zones de microclimat dans le respect des environnements naturels de la région. 

L’art comme philosophie 

Maja Hoffmann a créé plusieurs restaurants qui lui ressemblent. La Chassagnette est le premier à décrocher une étoile avec une table bio. Puis, viendront l’Ouvre-Boîte, le Réfectoire et la Cuisine des forges. Enfin, elle rénove l’hôtel du Cloître, où l’on retrouve sa griffe « arty ». Dans sa quête d’un art absolu, la gastronomie est une discipline artistique, respectueuse de son environnement. Vivre selon Maja est un tout cohérent. Telle une fée, elle illumine Arles en l’inscrivant définitivement dans le xxie siècle… 

 

Fondation Luma – Parc des ateliers
45 chemin des Minimes, Arles
_04 90 47 76 17

 

Texte _Ariane de Maistre

Vous aimerez aussi

Picasso, n’ayant besoin de personne, s’était toujours tenu à l’écart de ceux qui auraient pu le...

Les collectionneurs d’art se partagent en deux clans. D’un côté ceux qui chérissent jalousement...

Dans le cadre de MP2018, les artistes réunis au MAC donnent une réponse personnelle et fragmentée à...