Carry Nation, Love of Prohibition

Tendances  /   /  de Clara Paban

Passionné de l’histoire de la prohibition, Guillaume Ferroni en devient un barman des plus originaux. Il collectionne tous les ouvrages concernant les bars légendaires de cette époque… Il en a même fait la thématique de son bar. Pour avoir le privilège d’accéder au Carry Nation, il faut au préalable être inscrit sur le site, choisir parmi les soirées organisées et attendre la validation du maître des lieux qui dévoile au tout dernier moment l’adresse. Mieux vaut ne pas être exigeant sur les dates car elles sont très vite complètes et sans le fameux mot de passe, personne n’entre. Le dépaysement est total lorsque l’on entre dans ce « musée » dédié à la prohibition. Au mur sont affichées des cartes postales écrites par ceux qui avaient la chance de voyager et de boire librement des alcools. Un peu partout à l’intérieur sont exposées d’anciennes bouteilles d’alcool à vertu médicinale. En effet, à l’époque un médecin pouvait prescrire du gin ou du bourbon pour soigner un petit rhume. Ce lieu intriguant est une véritable page d’histoire. Une fois installés, le voyage commence. Une musique d’ambiance des années 30, principalement du jazz appelé « speak easy » (il fallait parler doucement pour éviter de se faire piéger) nous envoûte. C’est également l’âge d’or du cocktail haut de gamme, les fameux « short drink ». Le plus ancien et certainement un des plus fameux vient de la Nouvelle Orléans, le Sazerac. Il a été créé en 1780 et contient du Rye Whiskey (premier whisky américain à base d’alcool de seigle), de l’absynthe, du Peychauds bitters, de la cassonade et des zestes de citron… une boisson historique et pourtant inconnue de nos jours. Trop de choses vous ont déjà été dévoilées… Le sésame s’obtient après inscription sur Carry Nation !

CARRY NATION _ www.carrynation.fr

Vous aimerez aussi

Auprès de sa mère péruvienne, Mélanie a pris goût très tôt à la mode et à la chapellerie. « Je me...

Influencée par la mode sud-américaine et plus particulièrement la Colombie, Libertador (du nom...

Harry Callahan, le plus français des Américains ? L’on savait déjà la fascination que la France, en...