fbpx

Les bords de mer, ici, c’est « L’Hôtel de la plage » de Marseille

Entrepreneurs  /   /  de Céline Bouchard

Qui n’a jamais rêvé à l’ambiance de L’Hôtel de la plage, film culte des années 1970, déclenchant inévitablement en lui la nostalgie de la jeunesse et des vacances au bord de la mer ? À Marseille, on a longtemps manqué d’un lieu typique dans ce genre, simple, accessible, et en même temps chic, bénéficiant d’un accès immédiat à la plage et à l’eau bleue de notre chère Méditerranée…

 

Merci qui ?

C’est grâce à Frédéric Biousse et Guillaume Foucher, deux investisseurs rompus aux exigences de l’architecture d’intérieur, que le miracle a lieu. Repreneurs du feu Richelieu, un petit hôtel tombé en désuétude que peu d’entre nous ont connu de son « vivant », ils ont su en préserver la façade art déco, historique et propre à l’architecture des Catalans. Il faut dire aussi qu’ils ont su s’entourer en faisant appel à Yvann Pluskwa, architecte d’ici, inspiré et efficace, soucieux de respecter le style balnéaire, désuet mais charmant, de cette partie de la côte. Les Bords de mer tiennent davantage d’une réhabilitation que d’une création pure, même si les Marseillais ne se souviennent déjà plus de ce qui existait avant ! L’architecte a pu idéaliser le dessin originel de ce bel édifice quasi campé sur le sable et affrontant les vagues les jours de mistral… Aujourd’hui paré d’un enduit blanc réalisé en poudre de marbre, résistant au temps et à tous les temps, le bâtiment immaculé a grandi d’un étage et s’est doté d’un spa au sous-sol et d’une piscine sur le toit, tirant profit de tout ce qui l’entoure : la mer et le ciel. Partout du bleu… Et derrière, la ville qui se laisse entrevoir. Yvann a joué la carte de la transparence à l’aide de grilles de résille judicieuses car elles tamisent le soleil omniprésent et donnent à une partie du bâtiment un effet traversant. 

Le vif du sujet

Évidemment, ce qui frappe et fascine dès qu’on s’invite dans une chambre, c’est la présence forte de la mer. La décoration minimaliste l’intensifie tout autant que cette présence agrandit ces espaces, somme toute étriqués. Le choix des couleurs aussi (camaïeu de gris, vert, bleu) crée des effets d’optique panoramiques. Les salles de bains ont la rigueur et le confort nécessaire à l’été. On se croirait dans les cabines d’un paquebot destiné à croiser en Méditerranée. Le bleu, le blanc, aveuglément… passionnément. Ici on ne cherche pas le luxe mais la pureté d’une atmosphère marine. L’indispensable spa est creusé à même la roche et se situe tout près de l’eau… Ici, on fait corps avec les éléments. Un bassin de nage ajoute à la minéralité du lieu. Hammam et sauna, les fondamentaux, se combinent avec les soins Ren skincare, une première en France, paraît-il. Et une large palette de massages s’y pratique… Bien sûr, la vie idéale est aussi substantielle. On se doit de nourrir l’âme mais aussi le corps pour en emporter le cœur. Avec justesse, les saveurs locales cèdent à la modernité d’une cuisine créative et vitaminée. La carte affiche une belle simplicité avec une pointe d’originalité. Sur les tables, trône l’huile d’olive iconique des bords de la Méditerranée et seul le vin de Fontenille y est servi. Pour le moment on déjeune à l’intérieur, là où les larges baies vitrées laissent entrer le soleil, souvent puissant, de notre hiver marseillais. Au printemps, une terrasse de teck surplombant la plage offrira une petite restauration en continu et un rooftop au-dessus du restaurant permettra des dîners à la belle étoile.

Et pourquoi Marseille ?

Lorsque Frédéric et Guillaume tombent en arrêt sur le site marseillais, ce n’est pas par hasard… Ils sont en quête de nouveaux lieux pour développer leur collection appelée Les Domaines de Fontenille, en référence à la superbe bastide aixoise du même nom, leur première acquisition. Les deux hommes ont imaginé une hôtellerie qu’ils qualifient « d’auteur » car loin des standards et prônant une certaine philosophie de l’essentiel. Marseille possède ces atouts, elle a du caractère, revendique sa différence et sa simplicité originelle. De la même façon que le domaine de Fontenille abrite, au cœur du Luberon et avec un art de vivre spécifique au terroir, 19 chambres et suites, le concept Les Bords de mer offre autant d’espaces de vie dédiés au charme enivrant et vivifiant du front maritime, mais permet aussi d’être au cœur d’une cité légendaire de la Méditerranée. Ici, les investisseurs le savent, le tourisme est devenu culturel, grâce au MuCEM, et s’est attaché à la beauté naturelle de l’environnement, avec le focus mondial sur les Calanques.

In fine…

Après Marseille, ces deux esthètes créatifs enrichissent leur collection de nouvelles pépites en reprenant deux grandes fermes historiques à vocation oléicole et viticole (évidemment bio) sur l’île de Minorque. Elles s’ouvrent au public en ce moment même. S’ensuivront de nombreux projets vers d’autres destinations, toujours dans la même démarche philosophique… Un hôtel emblématique de la côte landaise, c’est sûr, et peut-être, pourquoi pas, en Grèce et en Italie ?

PHOTOS _WE ARE CONTENT(S) / AAYP

Vous aimerez aussi

Dans la série Dix pour cent, déjà culte, il est Gabriel Sarda, l’agent craquant de l’agence ASK....

Sucres d’orge, malabars, chamallows, guimauves, berlingots, chewing-gums… Quand le design reprend...

Architecte DPLG, Yvann Pluskwa maîtrise son succès qui dépasse largement les frontières de la...