Numa Figuccia, mode unisexe intemporelle

Talents d’ici  /   /  de Elsa Galland

Il aurait pu rester à Paris, là où, dit-on, se fait la mode. Là où, durant trois années, il a appris les métiers de styliste et de modéliste. Mais c’était compter sans sa puissante envie d’exprimer « un certain art de vivre dans le Sud de la France ». Numa Figuccia revient pour ToutMa sur son parcours, ses influences, sa vision de la femme et affirme son attachement à la Provence, une terre qui l’a vu naître avant de devenir sa muse.

« J’aime l’omniprésence du lin et du coton dans les intérieurs traditionnels. C’est pour cela que je suis revenu », explique-t-il, la voix claire et douce. À contre-courant de la vision colorée que l’on se fait souvent du costume provençal d’autrefois, avec ses indiennes imprimées, et tout aussi éloigné de leur réinterprétation baroque par l’Arlésien Christian Lacroix, les pièces de Numa Figuccia proposent une transcription de la lumière intense et blanche du Sud. Sa Provence à lui possède des lignes franches dont la pureté solaire habite longtemps la rétine. « Je propose un vestiaire assez minimaliste, intemporel. Unisexe mais plutôt masculin et en quelque sorte hors saison », explique-t-il.  Un vestiaire unisexe dont les femmes se sont emparées avec plaisir lorsque sa toute première collection a été proposée en 2018 chez BO La Suite, à Aix. Un premier succès qui a conduit le jeune styliste à envisager des pièces et des matières plus féminines pour l’été 2019 : « Un organza flottant qui dessine une allure féminine vaporeuse. Beaucoup de toiles de coton, des plissés, des lignes géométriques toujours. Du polyester gaufré, une matière technique très innovante », commente le créateur, avant d’ajouter : « Mes vêtements traduisent un certain style de vie. La question de l’élégance, de la légèreté est centrale. Celles qui portent mes vêtements aiment sans doute les belles choses. J’ai baigné très tôt dans une famille entourée de femmes qui aimaient s’habiller. Cela a beaucoup déterminé mes choix ultérieurs. »

Justine Bodin, elle aussi styliste et qui travaille en collaboration avec Numa, développe l’articulation de la future collection : « Certaines parties du corps sont camouflées tandis que l’on choisit de mettre en valeur un poignet ou les chevilles. La silhouette est pudique mais reste féminine et séduisante. » Entre Justine et Numa règne une touchante complicité, sans doute acquise durant les trois années qu’ils ont passées ensemble à l’école Mod’Art International, à Paris, où un solide enseignement technique leur a été dispensé. « Il était important pour moi d’avoir cette double formation. De savoir réaliser des vêtements et pas uniquement les dessiner », insiste Numa. Ses passages chez Atelier Bartavelle d’abord, puis auprès de la créatrice Christine Phung, lui ont permis d’approfondir sa maîtrise de la chaîne du vêtement depuis sa création jusqu’à sa présentation au moment du défilé et d’affûter son style.

Un style profondément marqué par l’œuvre de Soulages, maître de la peinture informelle, dont Numa indique apprécier la puissance des contrastes, dus à la technique employée pour élaborer l’outrenoir. Une matière dont la surface réfléchit intensément la lumière, sans concession, comme les lignes de la collection professionnelle que Numa Figuccia et Justine Bodin élaborent actuellement pour le restaurant gastronomique du futur hôtel cinq étoiles du château de la Gaude, au nord d’Aix-en-Provence. Pour celui qui confie avoir également un vif intérêt pour l’architecture contemporaine, « le vêtement doit s’enfiler de façon simple. Le mouvement est important. Il faut savoir comment le vêtement va bouger. C’est assez éloigné d’une élégance traditionnelle ». Le Japon sera au centre de la cuisine du château, ainsi en est-il pour les vêtements imaginés par Numa et Justine : des hauts d’une seule pièce à l’esprit kimono, des tuniques aux fermetures latérales rappelant, elles aussi, le obi du vêtement traditionnel nippon. Difficile dès lors de ne pas prêter à Numa Figuccia les mots d’Yves Saint Laurent : « Quand on se sent bien dans un vêtement, tout peut arriver. Un bon vêtement, c’est un passeport pour le bonheur. »

En juin prochain, la nouvelle collection Numa Figuccia, sur laquelle travaillent également les deux jeunes créateurs, sera dévoilée au public à l’occasion d’un défilé dont le lieu est encore tenu secret… Affaire à suivre !

_www.numafiguccia.fr 

Vous aimerez aussi

Romain Bourillon a 17 ans. Il est élève en communication visuelle au lycée Celony...

Depuis sa plus tendre enfance, Romain Chateau est un Marseillais passionné de stylisme et de mode....

Croissant de lune pour génération lunaire, c’est un peu le symbole de la collection « Radical Call...