Festival d’Aix-en-Provence, du 3 au 22 juillet

Musique  /   /  de Caroline Bouteillé

Cet été, on va à la messe ! Ah, cool ? À la messe des morts. Bon ben, génial… Le Requiem de Mozart. Aaaah, mais il fallait le dire tout de suite ! Cette année, le Festival d’Aix-en-Provence s’offre le luxe d’une mise en scène ambitieuse pour ce chef d’œuvre du xviiie siècle, dont le génie autrichien a soufflé les dernières instructions d’écriture sur son lit de mort. De quoi parachever la légende. Notons que le Requiem n’avait pourtant pas besoin de l’anecdote pour s’inscrire au fronton des plus belles œuvres lyriques du répertoire classique. C’était pousser un peu loin l’ironie tragique, mais bon, on est perfectionniste ou on ne l’est pas ! Et justement, pour parachever la pièce musicale, Raphaël Pichon (chef d’orchestre) et Romeo Castellucci (metteur en scène) ont imaginé une mise en scène théâtrale complètement hors normes. On sort la messe de l’église et on en fait de l’art total, entre opéra, poème visuel et spectacle dansé. Et si vous en redemandez, le festival monte également Mahagonny de Kurt Weill, la Tosca de Puccini ou encore Jakob Lenz de Wolfgang Rihm. Ça promet !

festival-aix.com

 Photo en une © Vincent Pontet

affiche

Vous aimerez aussi

De ses années parisiennes au sein de la maison Louis Vuitton, Charles a gardé le goût du travail...

Les gens de la ville d’Aix se prêtent au jeu du portrait. Derrière l’objectif ? Sophie Bourgeix,...

Aix-en-Provence est devenue une place incontournable de la musique classique. Depuis 2013, Le...