Le Baou, jardin perché

Talents d’ici  /   /  de Julie Mandruzzato

Un baou (ou bau) est une colline ou une falaise qui possède en général un sommet plat. Un terme utilisé par les organisateurs des Jardins suspendus pour baptiser leur dernier QG en date. Programmation délicate, musique en relief et lumière acrobate, on voit défiler dans sa danse les charmes de la mer et les dessus de jupe de l’Estaque. Une vue panoramique pour s’en mettre plein les oreilles. 

« Par les Marseillais pour les Marseillais »

Clément et Thibaud n’auraient pu laisser l’idée en suspens. Les deux créateurs des Jardins suspendus avaient déjà repéré le lieu idyllique il y a deux ans. C’est seulement lorsque la nouvelle équipe du MIF 68 (centre d’affaires où se trouve la terrasse du Baou) les recontacte l’année suivante que le projet commence à germer. « Le Baou est avant tout une idée collective […]. La nouvelle équipe du MIF 68 a affiché une volonté forte d’organiser dès cette année un événement d’envergure sur cette terrasse. La construction du Baou est réellement partie de là. Au départ était prévu un festival de trois jours dans lequel nous étions censés intervenir sur la partie bar, logistique et exploitation. En définitive, nous avons senti que nous pourrions nous impliquer à long terme dans le projet. Nous nous sommes dit que l’occasion était unique : retrouver un vaste lieu en plein air, isolé du voisinage, du même type que le rooftop des Terrasses, cela n’arrive qu’une ou deux fois dans une vie. Alors on a foncé », racontent Clément et Thibaud. On dit que la musique permet aux organismes vivants de s’épanouir : en moins d’un été la plante qui n’était que le germe d’une idée a grandi. Elle s’évertue à s’étendre de tout son concept sur un espace de plus de 2 000 m2 : « On voulait créer un endroit magique où l’on se sente bien et où se passent les plus belles teufs de Marseille […]. En proposant des artistes autant locaux qu’internationaux et de tout style : électro, hip-hop, concerts live… » Transats, balancelles, pergolas rétros, bars végétaux ou terrain de pétanque… comme une éclipse entre le concert et le club, la fête est à l’honneur. Elle crée la synergie dont toutes les grandes villes ont besoin. On règne mieux lorsque l’on s’ennuie moins.  

Un cocktail collectif 

Il n’y a pas qu’au bar que l’on profite des mélanges. Entre architecture industrielle, nature marseillaise et brise méditerranéenne, tout le monde peut s’épancher au cœur du xvie arrondissement. « L’atmosphère du Baou au niveau du staff est euphorique. En très peu de temps une équipe solide et solidaire s’est formée. Et cela se ressent évidemment au niveau du public, car ce dernier n’est que le reflet de l’image que l’on renvoie », confient les organisateurs, qui ont su mettre sur pied en un temps record une équipe événementielle qui assure jusqu’aux notes gustatives de vos assiettes. Confiée à la Food Truck Association, la programmation culinaire change elle aussi chaque semaine. Chefs en vogue côtoient les DJs pointus dans la roulette : Ella Affalo, Disco & Tacos ou le Kabanon à Boulettes permettent de continuer la danse de la panse. Ouvert jusqu’en octobre, le Baou continuera de recevoir des artistes de taille, parmi lesquels Caballero & JeanJass. JM

Le Baou 1 avenue de l’Argilité, Marseille 16e
Ouvert du mercredi au samedi de 19h à 2h, le dimanche de 17h à 1h

Instagram et facebook :  @baou.marseille 

Vous aimerez aussi

Là, assis face à la mer sur la grande terrasse tournée vers le soleil couchant, tout le monde se...

D’Un singe en hiver au Président, d’I... comme Icare au Clan des Siciliens ou à La Vache et le...

Christophe Juville allie, dans sa cuisine, des termes en apparence contradictoires, on appelle ça...