Collection Marcel Pagnol en BD, buller dans la garrigue…

Livre  /   /  de Caroline Bouteillé

En art, la question des ayants droit est toujours épineuse. Certains, dont on ne citera pas les noms, prennent, plus vite que ne se lève le mistral, la forme d’une caisse enregistreuse, adaptant n’importe quoi n’importe comment, pourvu que les deniers tombent. D’autres, au contraire, enferment l’œuvre de leur aïeul dans une dévotion funeste : on ne touche pas, on n’adapte sous aucun prétexte. Rares sont ceux qui parviennent à trouver le juste milieu entre un respect démesuré et le souci de maintenir vivant coûte que coûte l’univers créatif de leur ascendant. Nicolas Pagnol est de ceux-là. Avec la collection « Marcel Pagnol en BD », éditée par Grand Angle (Bamboo), il est parvenu à rendre hommage à son grand-père de la plus belle des façons. Il faut dire que Marcel était un grand lecteur de bandes dessinées (des Pieds nickelés, notamment) et qu’il n’aurait sans doute pas renié les quelque quatorze volumes que compte déjà la collection ! L’éditeur, en mettant les Marseillais Serge Scotto et Éric Stoffel au scénario ainsi que quelques auteurs talentueux au dessin, signe un coup de maître. On prend plaisir à découvrir ou redécouvrir page après page les Bellons, Aubagne, le Garlaban, la garrigue, l’oncle Jules, Mond des Parpaillouns ou encore Jean de Florette et sa touchante petite Manon. 

Peut-être plus qu’aucun autre écrivain de sa génération, Marcel Pagnol avait cette tendance à rassembler dans un univers commun personnages de fiction et personnages autobiographiques, donnant à ses lecteurs l’impression d’une familiarité instantanée avec chacun d’entre eux, qu’il soit réel ou fictif. Une chaleur qui a certainement quelque chose à voir avec les racines marseillaises de l’auteur… Parfois, la bande dessinée va même plus loin que l’œuvre originale, donnant une forme définitive à des projets qui n’avaient pu être qu’ébauchés du vivant de Marcel. À ce titre, les dossiers documentaires, riches en photos d’archives, qui accompagnent chaque volume sont des mines d’informations souvent étonnantes, toujours captivantes. Si vous pensiez tout savoir de l’œuvre de l’enfant des Bellons, vous pourriez bien être surpris !

LES DERNIÈRES SORTIES :
Jean de Florette 2e partie, dessin de Christelle Galland
La Partie de boules, dessin de Éric Hübsch

TOUJOURS DISPONIBLE :
Jean de Florette 1re partie, dessin d’Alexandre Tefenkgi

BIENTÔT :
Marius à paraître le 6 novembre, dessin de Sébastien Morice

Vous aimerez aussi

Deux livres qui plairont aux petits… et à leur parents !

près avoir implanté une première microferme dans le Grand Paris, c’est à Marseille que le Paysan...

Le public plébiscite cette humoriste de la région. Pour sa chronique du mercredi sur France Inter,...