Top 5 des livres de confinement

Livre  /   /  de Caroline Bouteillé

 

Quel livre emmèneriez-vous sur une île déserte ? En cette période de crise sanitaire, vous êtes nombreux à vouloir occuper intelligemment votre confinement (et puis soyons honnêtes, vous n’avez pas attendu le virus pour faire le tour des catalogues de films et autres séries visionnables en streaming). Dans ce cas de figure, le livre reste de loin votre meilleur allié. Nous avons sélectionné pour vous cinq ouvrages, liés ou non à l’actualité, pour vous aider à passer ce mauvais cap.

 

Pour les survivalistes en herbe
Guide de survie en territoire zombie de Max Brooks

Ce livre, écrit par Max Brooks (le fils de Mel), dans les années 2000 est ce qu’on appelle un classique instantané de la culture pop. Comme son titre l’indique, il vous donne les clefs pour survivre à une apocalypse zombie, selon plusieurs schémas épidémiques et en passant en revue tout le bestiaire hollywoodien du genre. Vous y apprendrez à bâtir une forteresse dans votre T2, à ménager la psychologie des membres de votre groupe de survivants, à rester en bonne forme physique ou encore à gérer une expédition au supermarché sans vous exposer… De quoi se sentir un héros en allant refaire le plein de rouleaux de papier toilette.
384 pages, Le Livre de Poche _7,90 €

 

Pour l’évasion en images
La Ballade de la mer salée d’Hugo Pratt

Les histoires de zombies, très peu pour vous, vous devez déjà gérer le confinement de votre ado et de toute façon, vous êtes un peu hypocondriaque. Vous avez besoin d’évasion ! Découvrez les eaux tumultueuses du Pacifique avec la première aventure (par date de parution) de Corto Maltese, le héros libertaire et emblématique du génialissime Hugo Pratt, qui a changé la face de la bande dessinée avec cette œuvre, à la fois romanesque et contemplative, pétrie de références à la culture océanienne. Une histoire de prisonniers et de pirates sur une île perdue au large de l’Australie, dans laquelle des personnages à la psychologie admirablement travaillée (ce qui était assez novateur à l’époque dans la bande dessinée) tentent de trouver leur place et de faire les bons choix dans le théâtre de la première guerre mondiale. En somme, un huis clos paradoxal qui sent les embruns, la caresse du vent dans les palmes des cocotiers et l’appel du large.
N.B. L’œuvre existe aussi en couleurs, mais c’est un peu une hérésie. 168 pages, Casterman _20 €

 

Pour le post-exotisme apocalyptique
Terminus radieux d’Antoine Volodine

Quand une grande plume de la littérature comme Antoine Volodine, le père du « post-exotisme » (on pourrait vous expliquer, mais ça prendrait trois ans) s’intéresse à l’Apocalypse, ça donne une œuvre hybride, poétique et jubilatoire qui mêle descriptions botaniques admirables, romance chamanique, hiver nucléaire kolkhozien et flux de conscience de morts-vivants sur fond d’utopie soviétique déçue.
576 pages, Points _8,60 €

 

 

Vous êtes fauché, vous êtes en chômage partiel ou vous avez dépensé tout votre salaire en produits surgelés au début de l’épidémie (malin que vous êtes !) ? On pense aussi à vous avec ces livres tombés dans le domaine public et qui ne vous coûteront pas un sou :

Pour ne pas se laisser abattre
Contes humoristiques d’Alphonse Allais

Dans un cadre d’état d’urgence, les réseaux sociaux nous le montrent bien, l’urgence est aussi à l’humour. C’est l’occasion de découvrir ou de relire Alphonse Allais, sa fantaisie ravageuse, son incroyable don de conteur, son sens aigu de l’absurde, son imagination débordante et son incroyable maîtrise de la langue française, qu’il tord avec audace et précision, comme on rompt une canne à sucre pour en faire des bonbons. C’est le père des oulipiens, l’ancêtre Belle Époque de la pataphysique et se plonger dans ses contes humoristiques décalés est toujours un vif plaisir, celui du pas de côté.

https://www.gutenberg.org/ebooks/18262

 

Pour un road-trip vintage et européen
La 628-E8 d’Octave Mirbeau

On connaît davantage Octave Mirbeau pour Le Journal d’une femme de chambre que pour cette œuvre inclassable, La 628-E8. Le titre, déjà, interpelle le lecteur par sa bizarrerie. C’est en fait tout simplement le nom de l’automobile, construite au tout début du xxe siècle par Fernand Charron, avec laquelle l’écrivain prend la route pour voyager à travers l’Europe (surtout l’Est), à l’époque où les voitures ne sont pas légion à traverser les campagnes. La forme de l’œuvre brouille également les repères littéraires classiques, mais pour faire simple on dira qu’il s’agit d’un récit de voyage qui ne s’interdit ni les digressions ni les rêveries, d’un hymne à la liberté, à la belle mécanique et à la paix en Europe (à l’époque, la mémoire de la guerre de 1870 est encore vivace), dont les frontières ouvertes et les routes pavées ou à venir dessinent un enthousiasmant champ de possibles dont nous sommes, sans en avoir toujours conscience, les héritiers.

https://www.gutenberg.org/ebooks/54528

 

Nota bene : Les librairies indépendantes sont fermées mais vous ne voulez pas enrichir les GAFA ? Sachez que vous pouvez acheter vos livres numériques aux libraires adhérant à certaines passerelles en ligne comme Place des libraires (pour Marseille et sa région : http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/place-des-libraires_39079#10/43.6704/4.5889 ; sur la page de détail du livre > option « je choisis une librairie »).

Sinon, n’oubliez pas que vous pouvez le plus souvent commander vos livres directement sur les sites des petits éditeurs indépendants. Soyons solidaires !

Vous aimerez aussi

Les férus de littérature se souviennent certainement de la description du gargantuesque marché des...

À tous ceux qui pensent que la philosophie n’est pas sexy, Marie Robert répond avec son...

Le paris-brest, c’est démodé, vive le « marseille-brest » ! Depuis que le chef de la pâtisserie...