Maximilien Pellet à la Double V Gallery, Certains les imaginaient ainsi

Photo / Art  /   /  de Caroline Bouteillé

Quelque part au croisement de l’art rupestre, de l’art brut, des dessins de Cocteau ou encore de ceux de Picasso, le céramiste Maximilien Pellet nous propose sa variation sur le motif du « bonhomme », interrogeant dans sa démarche l’absence d’histoire officielle et académique de ces petits personnages « en allumettes », qui sont pourtant présents de manière continue dans notre iconographie, du Paléolithique à la période contemporaine, avec une prévalence notable chez les avant-gardes des années 1950-1960.  Il y a quelque chose d’immédiat, d’universel et d’évident dans le travail du jeune artiste, que l’on évoque ses formes, ses couleurs ou le recours au support de la pierre, qui trouve d’ailleurs tout son sens sous le soleil méditerranéen qui a vu naître l’école de Vallauris… Une exposition à voir dans le cadre intimiste et « coronacompatible » de la Double V Gallery qui vient de rouvrir ses portes pour notre plus grand plaisir.

Double V Gallery
28 rue Saint-Jacques Marseille 6e
www.double-v-gallery.com

Vous aimerez aussi

Dans un module de vie pressurisé de 5 m2, ils ont vécu une aventure de confinement inédite de 28...

Atelier Bartavelle est un concept original de mode éthique, profondément centré sur la Méditerranée...

L’envie de Florian était de mettre en avant la culture urbaine dans toute sa diversité par le biais...