Jeanne Siaud-Facchin, psychologue surdouée

Vos portraits  /   /  de Agnès Olive

Jeanne Siaud-Facchin a un parcours quelque peu atypique… Elle est née à Avignon où elle a passé toute son enfance. Après son bac, elle fait quatre années d’études de psychologie à Aix-en-Provence auxquelles elle ne trouve pas beaucoup d’intérêt et part à Paris pour rejoindre un amoureux ! Là-bas elle travaille rapidement comme psychologue mais s’ennuie et Jeanne pense que décidément ce métier n’est pas fait pour elle et se réoriente dans une école de publicité, communication et marketing. C’est ainsi qu’elle va travailler pendant douze ans dans la communication à Paris : « pour moi la psychologie faisait partie de mon apprentissage au même titre que le baccalauréat » ! Pourtant les années passent et au bout d’un moment Jeanne se rend compte qu’elle a de plus en plus de difficultés à être investie à fond dans un métier qui lui paraissait n’avoir aucun sens. « J’ai été rattrapée par la question du sens, je me disais : à quoi ça sert ce que je fais ? Pourquoi toute cette agitation pour vendre un peu plus de bagnoles, de parfums, de bijoux ? » explique-t-elle.

C’est alors qu’elle décide de reprendre ses études de psychologie. Et la voilà repartie sur les bancs de la Fac à Paris avec des « gamins » qui ont dix ans de moins qu’elle ! « Cela a été une expérience extraordinaire parce que j’étais plus mûre, et comme j’avais un background d’un autre milieu, un autre mode de fonctionnement, je n’entendais pas les choses de la même façon, c’est devenu beaucoup plus riche, nourrissant et passionnant ! » confie-t-elle.

Elle exerce tout de suite dans un laboratoire de recherches spécialisé sur les troubles de la pensée, les troubles intellectuels, à Paris à l’Hôpital de la Salpêtrière dirigé par un grand professionnel, Bernard Gibello. Elle apprend aussi beaucoup en tant que psychologue clinicienne à l’Hôpital Avicenne en psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent puis elle s’installe en libéral. Mais avec son mari, Alain Facchin, ils en ont assez de Paris. Ils cherchent une grande ville, dans le sud, rapidement reliée à la capitale… Marseille s’est imposée. Son mari, directeur marketing salarié dans de grosses entreprises internationales à Paris, en profite pour monter sa propre boîte de conseil et ils débarquent ensemble avec leurs enfants à Marseille où ils vont réorganiser leurs vies professionnelles. Dès qu’elle arrive Jeanne est immédiatement récupérée par Marcel Rufo qui est en train de monter l’espace Arthur et l’associe au projet, ce qui est pour elle une magnifique opportunité. Ensuite quand elle s’installe en cabinet, il va continuer à l’aider en lui envoyant pas mal de patients, surtout des enfants et des adolescents.

Mais Jeanne a toujours ce projet de créer un centre généraliste de consultations psychologiques pour les enfants : « un lieu où l’on puisse vraiment aborder la problématique d’un enfant ou d’un adolescent dans sa globalité, d’arrêter comme on le fait trop souvent de découper l’enfant par petits bouts, un coup il va voir l’orthophoniste, un coup le psychomotricien, un coup le psychiatre, l’enfant reste incompris et les parents sont sur le bord du chemin, en plein désarroi »… Le premier centre Cogito’Z est né en 2003 à Marseille, un centre de « diagnostic et de prise en charge des troubles des apprentissages scolaires ». Le plus important pour elle est de travailler en équipe, de suivre les patients à plusieurs. L’enfant est pris en charge par le centre et non par un soignant en particulier : « nous travaillons tous ensemble en interaction et en coordination pour que l’enfant puisse avoir un bilan complet de ses troubles et une carte du territoire précise, un accompagnement spécialisé ». Depuis elle a créé un Cogito’Z à Avignon et un autre à Paris. Il s’en ouvre un à Lyon en septembre, ensuite Lille, la Belgique, et plus tard la Suisse !

En complément la psychologue a une autre activité : écrire des livres de psychologie à succès ! Pour les avoir beaucoup rencontrés à la Salpêtrière à Paris, elle a été particulièrement touchée par la souffrance des enfants surdoués qui sont souvent en échec scolaire et elle s’est lancée dans un énorme travail de recherches sur le sujet, c’est comme ça qu’elle a écrit son premier livre, L’Enfant surdoué. « Un enfant intellectuellement précoce comme on les appelle dans l’administration, n’est pas en avance par rapport à un autre, il n’est pas plus rapide, il fonctionne différemment, avec une architecture cognitive spécifique. C’est pour ça par exemple que ce qui est une broutille pour un enfant standard peut devenir un cataclysme émotionnel chez eux » ajoute-t-elle. Après les enfants surdoués, ce sont les adultes surdoués qui sont arrivés chez Cogito’Z pour trouver des solutions adaptées à leurs problèmes… Du coup Jeanne a créé l’association Zebra dédiée spécifiquement aux surdoués, enfants comme adultes.

Et puis la vie avançant, elle a rencontré en chemin simultanément avec son mari, la méditation. C’est une révélation. Que ce soit sur le plan personnel ou sur le plan professionnel, cela va opérer un vrai changement dans son approche thérapeutique d’abord avec les adultes : « un outil absolument merveilleux quand on est dans une impasse avec certains patients, de pouvoir repasser par le corps, la sensation, d’être là, au moment présent… la clé magique » ! Emballé, le couple se forme à cette pratique du mindfulness un peu partout dans le monde auprès des plus grands enseignants et tous les deux ont mis ensemble des programmes de méditation en pleine conscience dans tous les centres Cogito’Z. Maintenant ils font même des formations pour les professionnels de l’enfance ! Parce que très vite Jeanne s’est rendu compte que la méthode était formidable aussi pour les enfants et les ados et elle vient d’ailleurs de publier son dernier livre, Tout est là, juste là sur la méditation de pleine conscience pour les enfants et les ados.

Aujourd’hui on peut dire que Jeanne Siaud-Facchin s’occupe aussi bien des petits que des grands, des surdoués que des « sous-doués » car tout le monde peut être concerné par le but qu’elle poursuit depuis des années avec beaucoup de sensibilité, d’énergie et de gaieté : aider les autres à mieux vivre !

PARUTIONS chez Odile Jacob
L’Enfant surdoué.
Aider l’enfant en difficulté scolaire.
Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué.
Comment la méditation a changé ma vie… et pourrait bien changer la vôtre !
Tout est là, juste là (méditation de pleine conscience pour les enfants et les ados aussi).

 

Vous aimerez aussi

L’humoriste-magicien a acheté le Théâtre d’Aix pour y poser ses malles et y présente sa dernière...

La sensation Mazzia se chuchote de bouche à oreille, les amateurs se pressent. C’est cette audace...

À votre avis, combien de temps pour un instantané ? Oh, eh bien une seconde, « clic, clac, merci...