Deluxe, pop-funk moustachue

Célébrités  /   /  de Emmanuelle Vigne

Tour de chauffe pour les six Aixois qui n’ont pas attendu la sortie de Stachelight, leur second album – prévue le 22 janvier – pour entamer la tournée Stache Tour ! Ils distillent un peu partout en France leur énergie débordante et contagieuse avec un passage remarqué le 19 novembre dernier à l’Olympia à Paris (6 jours après les attentats meurtriers) et au Moulin à Marseille. Kilo, Kaya, Pépé, Pietre et Soubri menés par la chanteuse LiliBoy emportent littéralement le public ; scénographie, costumes et chorégraphies furibondes, les moustachus sont surentraînés pour faire danser la foule. M, Akhenaton, Shurik’N et Nneka sont les prestigieux invités de leur nouvel opus. Ils étaient aussi sur scène avec eux à l’Olympia ! La mélodie enivrante du premier single Shoes annonce un album jubilatoire, gorgé de joie de vivre, dans lequel résonne aussi pleinement l’amitié qui les unit. à la fois pop, électro, funk, jazz, hip-hop, leur son est inclassable mais addictif et, la voix de Liliboy, dans la veine d’une Macy Gray ou Selah Sue exalte l’univers sonore.

ToutMa : L’album annonce en général une tournée, vous, vous faites l’inverse. Pourquoi ?

Deluxe : La question s’est posée au moment où nous étions en train de travailler sur le nouveau spectacle. On se demandait s’il ne fallait pas attendre la sortie de l’album pour dévoiler la nouvelle scénographie mais on avait envie de bien roder le live avec les nouveaux morceaux, les nouvelles chorégraphies et les nouveaux costumes. Tout ça pour pouvoir être super calés pour la sortie de l’album et pour les dates et festivals qui suivent et se confirment à partir du printemps.

TM : Comment se  déroule le Stache Tour ?

D : Super ! Nous avons eu un très bon accueil du public dans toutes les villes où nous sommes passés. Au moins cinq dates ont affiché complet. On est vraiment très heureux de cette tournée, de retrouver le public.

TM : Vous connaissiez-vous avant d’être moustachus ?

D : Oui ! Pour certains, cela fait plus de 15 ans que l’on se connaît. Pietre, Kaya et moi-même (Kilo) nous sommes connus à Aix dès l’école primaire ! Pépé et Soubri, cela fait 9 ans que l’on travaille ensemble et Liliboy nous a rejoint il y a 5 ans… Deluxe est vraiment né en 2007, juste après avoir passé notre bac, on a tout laissé tomber pour se consacrer à la musique et au groupe.

TM : Deluxe est déjà l’histoire d’une profonde amitié…

D :  Totalement. C’est vrai que cela s’est toujours merveilleusement bien passé entre nous que ce soit en tournée, en studio et bien sûr dans la vie. Les gens qui gravitent autour de nous sont assez surpris. On sait se laisser respirer mais on aime travailler ensemble. Le groupe alterne entre tournées et albums… on ne s’arrête jamais depuis 9 ans et, pour la première fois, nous allons nous quitter plus d’une semaine ! Après le Stache Tour et avant la sortie de l’album, on fait une pause d’un mois… ça fait bizarre, même un peu peur !

TM : Quels sont les artistes qui vous ont inspirés ?

D : Matthieu Chedid, IAM, The Roots, Beat Assailant, Pink Floyd, Supertramp, Curtis Mayfield, Prince et le jazz…

TM : Quel a été le processus de production de Stachelight ?

D : Contrairement au premier album qui était un peu plus formaté avec un enregistrement piste par piste, cet album a été enregistré en studio mais en live. Nous avons enregistré chez Recording Studio Marseille (chaudement recommandé) en un mois après l’avoir composé chez nous tous ensemble pendant plus d’un an. Tout s’est fait de façon fluide, chacun apportant ses idées mais tous d’accord sur les choix finaux. C’est d’ailleurs là où je pense que l’on a gagné en maturité et en temps ! Alors que le The Deluxe Family Show sorti en 2013 était produit par Chinese Man Records, Stachelight est une production Nanana Productions, notre nouveau label qui a 6 mois d’existence. Nous sommes uniquement en licence chez Chinese Man Records cette fois. On s’émancipe complètement. Nous produisons aussi tous nos clips et nos singles… On croit tellement à ce projet !

TM : Matthieu Chedid, Akhenaton, Shurik’N, Nneka sont les prestigieux invités de cet opus, comment se sont passés la rencontre et le travail avec ces grands musiciens ?

D : C’était un rêve de gosse ! M et IAM, on les écoutait à 15 ans, puis nous faisions des reprises de leurs titres. Ensuite on a eu l’occasion de se retrouver dans des festivals avec eux. Avec IAM c’était à Shanghaï – pas dans la région donc -, avec Nneka au Printemps de Bourges et avec M nous avons fait deux dates en France et il a vraiment accroché à notre univers. Nous en sommes d’autant plus honorés qu’il choisit vraiment ses projets. M chante sur un titre de l’album et fait un solo de guitare sur un deuxième. Il s’est totalement impliqué et nous a apporté des conseils et tuyaux… toujours humble et pro. Quant à Shurik’N et Akh qui rappent sur un morceau, ce sont des exemples pour nous : très simples et efficaces, c’est un bonheur de travailler avec eux.

TM : Qu’est-ce que l’auto-production vous apporte ?

D : L’indépendance et une vraie envie ! Le déclic s’est fait en tournée : nous avions le show, une tournée, une équipe technique… on avait tout mais quelque chose nous manquait. On s’est retrouvés autour d’une table en se demandant si l’on aimerait se lancer dans ce projet, car ce n’est pas rien la production : monter une boîte, constituer un capital (avec nos économies), bosser, répartir les tâches… c’est un travail de tous les jours, c’est abominable ! Mais maintenant, nous sommes super contents de ce choix qui nous ressemble bien : mettre tout en commun sur une seule structure et créer ensemble. Stachelight est donc notre première production Nanana Production.

TM : Vos concerts sont de vrais shows. Pourquoi cet aspect visuel est-il important pour vous ?

D : Nos premières scènes étaient dans la rue et l’aspect visuel est important pour que le public nous capte. De plus, on adore les chorégraphies, elles nous permettent de rentrer dans un personnage et d’emmener le public avec nous !

TM : Quels sont vos lieux de prédilection à Aix et Marseille ?

D : Pour se retrouver et festoyer à Aix, on va chez Le Juste en face ! ou au Sextius. à Marseille, nous aimons le quai de la Joliette avec le MuCEM mais aussi La Friche Belle de Mai et le Cours Julien où il y a tous nos magasins de musique. Notez qu’à Venelles on aime la programmation de Comparses et Sons.

TM : Et les festivals musicaux… où aimeriez-vous vous produire ?

D : Sur les scènes des Vieilles Charrues, de Rock-en-Scène et des Eurockéennes de Belfort… par exemple !

 

Stachlight sortie le 22 janvier 2016
Nanan Production en licence chez Chinese Man Records.

Kilo (Vianney Elineau)
_batterie et platines,
Kaya (Simon Caillat) _basse, contrebasse,
Pépé (Clément Barba) _cuivres
Pietre (Pierre Coll) _guitare, clavier, chant
Soubri (Sacha Bertocchi) _percussions et machines
Liliboy (Elisa Poublan) _chant

 

CONCERTS :

– Mercredi 3 février à 20h30 : Soirée AÏOLIVE France bleu Provence  en direct du Mucem
– 01/04/16 | Deluxe LIVE | La Meuh Folle Deluxe LIVE @ La Meuh Folle, Alès (30)
– 08/04/16 | Deluxe LIVE | Espace de l’Etoile Deluxe LIVE @ Espace de l’Etoile, Châteaurenard (84)
– 9/04/16 | Deluxe LIVE | Rockstore Deluxe LIVE @ Rockstore, Deluxe (34)
– 30/04/16 | Deluxe LIVE | Dock des Suds Deluxe LIVE @ Dock des Suds, Marseille (13)

Vous aimerez aussi

Les chefs du collectif « Avignon, tu me régales ! » remettent le couvert pour un grand pique-nique...

L’idée, nous faire vivre un « trip » imaginaire vintage… Nostalgiques des années rock’n’roll, ce...

Pour sa première édition, ce festival marseillais de vulgarisation scientifique (organisé en...