FID 2017 : une prometteuse 28eme édition

Cinéma  /   /  de Jacques Lucchesi

Construire, année après année, un festival cinématographique à vocation internationale, un festival montrant des courts et des longs métrages, de la fiction et des documentaires, des premiers films et des œuvres de cinéastes consacrés :  telle est l’ambition du FID depuis ses débuts, voici presque trente ans. Cette réussite, qui repose avant tout sur l’amour du cinéma, mérite d’être saluée, tant elle renforce les liens que cette ville a tissés depuis longtemps avec le 7ème Art. Elle est l’œuvre d’un homme, Jean-Pierre Rehm, épaulé par une équipe de collaborateurs dévoués. Et cette 28ème édition, entre le 11 et le 17 juillet prochains, a tout ce qu’il faut pour être le point fort de l’été culturel marseillais (qui ne manque ni de concerts ni de projections).

Placée sous la présidence de l’éditeur Paul Otchakovski-Laurens, elle ne programme pas moins de cent cinquante films émanant de trente-quatre pays. Répartis dans plusieurs sections, avec une douzaine de prix à la clé, ils seront projetés dans sept lieux différents (le MuCEM, la Villa Méditerranée, l’Alcazar, le Miroir, les Variétés, le Théâtre Silvain et le Vidéodrome) tout au long de cette trépidante semaine. On sera particulièrement attentif à la sélection internationale (quinze films, treize pays représentés) et à son jury tout aussi cosmopolite (le cinéaste et poète lithuanien Sharunas Bartas, le réalisateur espagnol Carlos Casas, entre autres). La sélection française ne sera pas moins scrutée avec dix films supervisés par un jury de cinq personnalités artistiques (dont le comédien Lou Castel et l’écrivain-cinéaste Jérôme Prieur).

A côté d’autres sélections de films en compétition – comme le Premier Film ou le Groupement National des Cinémas de Recherche -, il faudra faire la part des Ecrans Parallèles qui regorgent, cette année, de curiosités. Cette catégorie offrira, notamment, une rétrospective Roger Corman, l’un des maîtres du cinéma indépendant américain, découvreur de Francis Ford Coppola et Martin Scorsese, parmi d’autres. Quoique maintenant âgé de 92 ans, il sera présent à Marseille et les cinéphiles pourront le voir et l’entendre à l’occasion de la soirée d’ouverture, le 11 juillet, au Théâtre Silvain. On pourra également découvrir des films dédiés au portrait, d’autres à la musique et – cerise sur le gateau – une sélection de vieux films visionnés en son temps par Franz Kafka (Qu’a vu K ?) : car le génial écrivain pragois était aussi passionné par le cinéma.

Autant d’excellentes raisons pour sortir et aller, dans ces salles obscures, tromper un peu la chaleur estivale.

Découvrez le programme complet sur : fidmarseille.org

FID2017

Vous aimerez aussi

Entretien avec Thierry Ollat, directeur du Musée d’Art Contemporain de Marseille pour l’exposition...

Comment définir les Rencontres de la Photographie d’Arles sinon en affirmant qu’elles sont une fête...

En ce temps-là, la vie était plus dure qu’aujourd’hui, plus simple et plus joyeuse aussi. On était...