Best of International Short Film Festival de La Ciotat

Cinéma  /   /  de Jacques Lucchesi

Loin d’être seulement le temple historique du cinema – ce qui serait déjà beaucoup -, l’Eden Théâtre, outre sa propre programmation, s’ouvre aussi à d’autres évènements cinématographiques. En juin dernier, c’était le 35 eme Festival du Film Francophone qu’il accueillait dans ses murs ; en cette fin du mois d’octobre, place au court sous tous ses aspects avec le 16eme Best of International Short Film Festival. Cette manifestation est née, voici quinze ans, de la passion qui rassemblait quelques amoureux du cinéma parallèle, dont le court-métrage est la forme la plus emblématique. Au fil des ans, ils ont su fédérer autour de ce festival une demande et un  public toujours plus nombreux, toujours plus curieux. Placé cette année sous la présidence de Turi Finocchiaro (qui remplace Yvan Le Moine devenu président d’honneur), il propose une sélection de 32 films répartis sur 8 séances et issus de 37 réalisateurs. Quelques Français, bien sûr, mais surtout une majorité de cinéastes étrangers et pas seulement venus des pays occidentaux. Car le cinéma d’aujourd’hui ne peut ignorer les voix montantes de l’Afrique et de l’Asie.

Parmi ces films, certains ont déjà été primés dans un des nombreux festivals qui donnent au court-métrage sa dignité artistique. C’est le cas pour A l’arrachée de la Belge Emmanuelle Nicot, de Batracian’Ballad de la pPortugaise Leonor Teles, de Cork Man de l’Américaine Down Han ou de Imago du Philippin Raymund Ribay Gutierrez. Mais d’autres trouveront ici une distinction méritée à l’issue du festival. Qu’ils soient en noir et blanc, en couleurs ou en images d’animation, ces films-là nous parlent essentiellement de la difficulté à être dans le monde contemporain, qu’elle prenne la forme d’une difformité, d’une rupture ou d’une cavale. Certains flirtent même avec le fantastique, comme Lucy in my Eyes de Megan Park (USA), de Love is a sting de Vincent Gallagher (Irlande) ou de Sredl Chernyh Voln d’Anna Budanova (Russie). Autant de films qui nous font pénétrer dans les recoins les plus secrets de la psyché humaine.

Alors, si vous êtes un peu las des films trop bien calibrés, à l’intrigue trop convenue, allez faire un tour le week-end prochain à la Ciotat, poussez la porte de l’Eden et choisissez un film parmi ceux programmés. Il se pourrait bien que vous n’en ressortiez pas tout à fait le même. Et que vous en redemandiez.

Du 25 au 29 octobre.
4 euros la séance. 25 Bd Georges Clémenceau, 13600 La Ciotat. Plus d’informations sur : http://www.bestoffestival.com/

NB : on peut également soutenir ce festival en participant à un crowdfunding dont voici le lien :  HTTPS://FR.ULULE.COM/SHORT-FILMS-FESTIVAL-2017/

 

IMAGE Turi-Finocchiaro

Vous aimerez aussi

Avec ses 122 ans, l’Eden est le plus vieux cinéma du monde encore en activité. Et c’est à La Ciotat...

Travail, loisirs, santé, sécurité : qu’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore, le numérique est...

L’auteur de Manosque « trempe sa plume dans la vie »  pour raconter des histoires. Dans son dernier...