Festival cinématographique d’automne de Gardanne, du 19 au 28 octobre

Cinéma  /   /  de Caroline Bouteillé

Un cinéma qui nous grandit, c’est un cinéma qui ose, sans s’excuser, nous montrer ce qu’on ne connait pas. C’est une position de principe qui n’est pas facile à tenir à l’ère des multiplexes, mais que le festival cinématographique d’automne de Gardanne assume depuis maintenant trente ans !

Mais attention, quand la programmation dit « tout public », ça ne veut pas dire « consensuel », parce que le festival propose à ses spectateurs des œuvres originales et engagées, loin d’un cinéma mainstream sans saveur, comme avec le film d’Arantxa Echevarría, qui raconte les amours interdites de Carmen et Lola (dans le film éponyme), deux gitanes de la banlieue de Madrid aux prises avec un monde de contraintes et de traditions rigides. Vous l’aurez compris, il s’agit bien d’affirmer que tous les spectateurs, quels que soient leur âge et leurs genres de prédilection (comédie, animation, documentaire, drame…) trouveront au cinéma 3 Casino de quoi satisfaire leurs goûts et même, avec un peu de curiosité, de quoi les étendre.

Les jeunes parents, dont l’enfance a été bercée par les œuvres de Miyazaki, auront plaisir à faire découvrir à leurs propres enfants un cinéma d’animation japonaise exigeant, onirique et fantaisiste, héritier direct du père de Chihiro, avec Miraï, ma petite sœur, de Mamoru Hosoda. Entre documentaire et animation, justement, on aura aussi la chance de découvrir trois films de Stefano Savaro (invité d’honneur de cette édition), dont sa dernière réalisation, Samouni Road. Cette dernière, largement saluée par la critique, nous entraînera dans le quotidien d’une famille de la banlieue de Gaza qui s’apprête à célébrer un mariage, son premier événement heureux depuis l’opération militaire « Plomb durci ». Alternant souvenirs (reconstitutions mises en scène par le travail d’animation de l’Italien Simone Massi) et prises de vues réelles, cet objet cinématographique non identifié, qui a bouleversé la Croisette au printemps dernier, explore avec brio la mécanique de la résilience des populations déchirées par la guerre. Dans un registre plus léger, mais non moins militant, la jeune réalisatrice Judith Davis présentera lors de la soirée d’ouverture son premier long métrage, Ce qu’il nous reste de la Révolution. Un film aussi drôle qu’intelligent. On sera servis également en avant-premières avec la projection d’En liberté, le dernier né de Pierre Salvadori. Une comédie jubilatoire réunissant au casting les remarquables Pio Marmaï et Adèle Haenel.

En tout, le festival présentera sur la dizaine 55 films dont 30 inédits, courts et longs-métrages, et se clôturera par la projection d’un « film surprise » qui, s’il est la cerise sur ce généreux gâteau d’anniversaire, à voir la qualité gustative des différentes parts, promet à la fois satiété et standing ovation !

Cinéma 3 Casino, 11 cours Forbin, Gardanne
04 42 51 44 93

Facebook : Cinéma 3 casino

Vous aimerez aussi

Qui se souvient de Monique Lerbier ? Certainement peu de monde. Et pourtant, nous lui devons...

Tout sur le bio, le bien-être et l’habitat sain, voici le leitmotiv de ce salon qui fête ses 20 ans...

Le temps de comptabiliser tout ce qui a été sorti de l’eau et qui tient dans très exactement 25...