La Vagabonde, une maison sur l’océan !

Vos portraits  /   /  de Julie Mandruzzato

 

Screen-Shot-2017-05-18-at-9.50.01-AM Riley-and-Elayna IMGL9607 IMG_4078 Elayna-diving-Galapagos elayna-crayfish DJI_0014

 

Porter le poids lourd de la routine, tel un cartable à la rentrée. Bien sûr, on respire le bonheur, mais apparemment les presque 500 000 abonnés de La Vagabonde ont plutôt l’évasion dans les poumons. Depuis leur première vidéo sur internet en 2014, Elayna et Riley ont eu la chance de poursuivre leur aventure, financée par les internautes. Interview d’un couple à la vie peu ordinaire.  

 

TM  : Comment vous êtes-vous rencontrés ? 

Elayna  : Sur une île en Grèce ! À l’époque je jouais de la guitare pour gagner de l’argent, et Riley voyageait en voilier. C’est un ami commun qui nous a présentés. Lorsque Riley et moi avons commencé à parler, on s’est aperçus que nous étions nés dans la même ville, en Australie, qui compte pourtant moins de mille habitants  ! C’était improbable.  

TM  : Partir sur un voiler, avec un bel inconnu, cela a été une décision difficile à prendre  ?  

E  : Honnêtement, ça n’a pas été un choix facile. Il m’a fallu vendre tout ce qui m’appartenait, dont un van dans lequel je voyageais et vivais en Australie. Ma famille et mes amis me disaient que j’étais folle de faire un truc pareil  ! Après deux semaines de réflexion, j’ai dit oui. Je n’aime pas les regrets. C’est le  «  ou i » qui m’anime, et ça a été la meilleure décision de ma vie.  

TM  : Que faisiez-vous chacun, avant de voyager  ?  

E  : Je venais de finir mes études mais je n’avais pas très envie de continuer l’université. J’avais un diplôme de plongée, j’ai donc fait des voyages à travers l’Asie et l’Europe en enseignant la plongée sous-marine. Je savais que j’aimais l’eau mais je n’ai jamais su vraiment quoi faire en grandissant. Mais pouvoir aujourd’hui faire du voilier et partager nos vidéos sur YouTube, c’est comme un rêve devenu réalité… 
Riley lui, il travaillait sur une plate-forme pétrolière et après un accident au Brésil il a voulu prendre une pause et voyager. C’est seulement en passant quelques jours sur le bateau d’un ami pour la première fois, qu’il s’est décidé à acheter son voilier. Il n’en avait jamais fait avant et je m’en suis bien rendue compte lorsque je me suis embarquée avec lui pour l’aventure  ! 

TM  : Sur quel bateau voyagez-vous en ce moment  ?  

E  : Un catamaran qui a été construit à La Grande-Motte, dans le Sud de la France. C’est un Outremer. Ils vont très vite mais sont aussi très pratiques. Parfait pour une aventure autour du monde. Nous adorons notre maison sur l’eau.  

TM  : Vous êtes aussi passés par les Calanques…  

E  : Nous avons vraiment été fascinés par la beauté naturelle des Calanques. Le lieu est comme intact et l’eau est incroyablement claire. De là, nous sommes partis vers les Caraïbes et avons passé le plus clair de notre temps à explorer les Bahamas. Maintenant, on peut dire qu’on a visité énormément d’endroits… Un total de 66,000 nm. C’est dingue  ! 

TM  : Quels sont vos futurs projets  ?  

E  : Cette année, nous avons sorti un guide contenant tout ce qu’il aurait fallu que l’on sache lorsque nous avons commencé notre tour du monde en voilier. En ce moment, nous écrivons chacun un livre sur notre histoire et comment tout a commencé, comment nous avons dû nous ajuster à ce nouveau mode de vie. Être affairés à différents projets lorsque nous naviguons, c’est important pour nous. 

TM  : Vous attendez un bébé, cela signifie qu’il va falloir repenser votre mode de vie  ?   

E  : La naissance du bébé est prévue pour le début du mois de décembre. Nous choisirons toujours ce qui est le mieux pour lui, bien sûr, mais nous pensons que le bateau fournit assez de confort et de sécurité pour y élever un enfant.  

La première année nous resterons près des côtes, donc nous attendrons plus tard pour les aventures un peu plus sauvages, en direction d’Hawaii  ! 

Vous aimerez aussi

Les femmes sont l’avenir de la planète  : la preuve avec les  Earthship Sisters

Être né quelque part, pour celui qui est né, c’est toujours un hasard », chantait Maxime Le...

La DJette a le vent en poupe. En quelques années elle s’est imposée par l’audace de ses beats...