Richard Jarman, pour l’amour des Calanques !

Mode  /   /  de Julie Mandruzzato

Commas, cela signifie “Virgules” en anglais. C’est le fait de marquer une pause dans une phrase. D’un point de vue vestimentaire, Commas, c’est une pause dans le rush de nos vies saccadées, une brise pour l’épiderme, un été sans fin et une ponctuation dans nos penderies.  

 20180330_COMMAS_3160 20180410_COMMAS_0361 Wide-Leg-Linen-Trouser IMG_7021 IMG_6141 20180410_COMMAS_0634-copy

Mer Mode 

 

Richard Jarman est le créateur et fondateur de Commas, la marque australienne de maillots de luxe et prêt-à-porter pour homme. Chaque été, il met les voiles à Cassis, accompagné de sa femme Emma 

D’ordinaire il fuit la fashion week parisienne mais pas cette année… 

«  Cette année, nous avons commencé par l’iconique piscine de l’Hôtel Molitor, dans le seizième arrondissement. C’est là-bas que le premier bikini de l’histoire fut révélé en 1946. Depuis la série photographique de Gil Rigoulet en 1985, j’ai longtemps été obsédé par cet endroit. Ses images ont d’ailleurs une place importante dans les moodboards de nos collections et nous avons été assez chanceux d’avoir eu la possibilité de photographier notre collection à l’hôtel. » Une collection Printemps- Été 2019 qu’ils auront eu la chance de pouvoir faire défiler durant la Fashion Week, en se liant d’amitié avec le gérant de l’hôtel.  

 

De là, Richard et Emma se sont rendus dans le Sud de la France pour dénicher les plus belles pièces  : douze couchés de soleil, des étendues de sable pittoresques, des fonds marins incendiaires et pour l’apéritif, des bouteilles de vin à la mer. «  Cassis nous avait été recommandé par Christelle, une amie qui a grandi à Paris mais qui passait ses vacances dans le Sud. C’est devenu un rituel et nous gardons les choses très simples durant nos voyages. Nager, faire de la voile, de la randonnée et piqueniquer. L’eau est claire et j’adore la plongée. Je n’arrive pas à penser à un endroit plus extraordinaire que les Calanques. Il y a une authenticité qui émane de cet endroit et un calme que l’on ne trouve pas dans les autres villages de la Cote d’AzurC’est un lieu unique dans le monde. (Ah, et le rosé est divin !). A Marseille, il y a aussi la piscine du Cercle des Nageurs que nous aimons beaucoup. Ça nous rappelle la piscine de l’Iceberg de Bondi à Sydney. »  

 

Chill Chic 

 

Peut-être est-ce dans ces courants là que le créateur puise ses inspirations Européennes pour les marier à son enfance australienne. «  J’ai grandi à Port hacking, dans une famille de nageurs. L’océan a toujours eu une part importante dans ma vie. Encore aujourd’hui, si je ne passe pas un peu de temps près de l’eau, je peux vite devenir fou  ! Tous les jours nous allions surfer ou nager, nous nous promenions dans le sable partions à la découverte des plages les plus isolées dans le Parc National.  » Fluidité d’une maille à nous rappeler les courants marins, lignes pures en opposition aux caprices des vagues, que ce soit dans les imprimés nautiques de ses chemises en lins ou dans les tons calcaires de sa nouvelle collection, tout n’est que réminiscence aux journées chaudes passées à l’arrière d’un voilier, lové entre les rayons du soleil. «  Avec Commas, j’ai voulu faire une marque dans laquelle on pouvait vivre tous les jours. Que ce soit au travail, après le travail, le weekend ou pendant les vacances. Quelque chose que j’aurais pu porter pour autour d’un café après avoir été dans l’eau le matin, durant un meeting professionnel et continuer à porter pour passer la fin de soirée, un verre à la plage. Apporter chic et la décontraction en privilégiant le confort. En quelque sorte, c’est sûrement un mode de vie à l’Australienne, mais j’ai l’impression que c’est un style qui devient de plus en plus universel.  »  

Lancée en 2016, Commas a su dès ses débuts s’entourer des meilleurs fournisseurs de matières textiles au travers de l’Europe et du Japon pour ensuite être assemblée en Australie. «  L’idée m’est venue bien en amont. J’étudiais un master de développent immobilier à l’université de Sydney. En vérité, je passais le plus clair de mon temps dans les rayons art, design et architecture de la librairie universitaire. J’ai commencé à collectionner des tonnes d’images et l’envie s’est construite peu à peu. Note : Pour notre première collection, les imprimés étaient très floraux. L’inspiration est venue de mon père qui ramenait les fleurs fraiches du marché à la maison lorsque j’étais petit. J’ai voulu, je crois, rendre hommage à cette tradition.  »  

 

Alors, une collection inspirée par le Sud de la France, c’est pour bientôt  ? « Tout ce qui touche à l’imaginaire de Commas est inspirant. J’ai toujours rêvé de pouvoir faire un shooting dans les Calanques. En espérant que cela arrive plus tôt que prévu  !  » En attendant, il est possible de retrouver la marque dans la boutique Monaco Marine Merci de la mer ou de commander en ligne sur MatchesFashion.com«  Notre seconde collection est actuellement disponible. Parmi les nouvelles pièces, ma favorite : un kimono en lin qui peut se porter dès le matin, ou après avoir piqué une tête dans la piscine. Je pourrais vivre dedans  !  » De la mer Méditerranée a l’océan Pacifique, finalement il n’y a qu’un nom. Le reste, une même façon de vivre les pieds dans l’eau.  

 

https://www.instagram.com/commas/
http://commas.cc 

 

 

Vous aimerez aussi

Baroudeuses et dingues de mode, Charlotte Guis et Marie Calefato ont eu l’idée, lors d’un road trip...

Après une grande période cactus, Anna-Lou réalise en ce moment des mobiles personnalisables,...

Jolie découverte que cette marque marseillaise de belles baskets, créée en 2012 par trois amoureux...