VEJA : Sébastien Kopp & François-Ghislain Morillion, le cœur à l’ouvrage

Entrepreneurs  /   /  de Linda Mestaoui

Veja c’est, aujourd’hui, 14 ans d’existence, 3 millions de paires de chaussures vendues, 200 tonnes de coton bio, 180 tonnes de caoutchouc sauvage, 1 500 points de vente dans le monde, avec zéro budget publicité et marketing. Une marque animée, dès sa création, d’un réel engagement environnemental qui va bien au-delà de l’effervescence autour du bio qui agite la bobosphère.

Sébastien Kopp est marseillais : « Je suis né à Marseille, j’y ai grandi jusqu’à mes 5 ans. Mes grands-parents y habitaient, j’y passais tous mes étés. Je suis allé au stade Vélodrome à 6 ans, j’avais des autographes de Cantona, de Waddle, de Papin… » Avec son ami d’enfance François-Ghislain Morillion, il a eu l’audace, en 2005, de créer Veja, une marque de baskets écoresponsable qui mise sur la transparence avant tout. 

Ce n’est donc pas un hasard si la marque est baptisée Veja, qui signifie « regarde » en portugais, comme pour dire : « Regarde. Regarde ce sur quoi on s’engage, comment on fonctionne. » Un mantra qui donne envie aux créateurs d’aller un peu plus loin dans leur démarche quotidienne. En effet, en 2003, quand l’idée germe, ce sont les prémices du « développement durable ». En théorie les discours sont touchants, mais en pratique il ne se passe pas grand-chose. Sébastien Kopp et François-Ghislain Morillion sont animés, eux, d’une envie de fuir un système effréné de production et de consumérisme, basé sur la mondialisation qui engendre des conditions de travail, en Chine notamment, inhumaines. À l’opposé, ils découvrent, au même moment, le commerce équitable, basé sur des échanges entre producteurs et consommateurs justes et respectueux aussi bien de la terre qui produit la matière, que de l’homme qui y travaille. 

Précurseurs, ils réalisent, il y a quinze ans que la basket fait partie de notre quotidien et qu’elle représente l’objet phare de toute une génération. En effet, les « sneakers » se démocratisent et c’est le moment de leur donner une nouvelle identité. Sébastien et François-Ghislain font alors un constat qui vaudra révélation : les grandes marques consacrent 70 % de leur budget à la publicité et la communication et seulement 30 %
aux matières premières et à la fabrication. Il suffira
donc de se focaliser sur le produit en laissant de côté le budget pub. Misant sur l’éthique, ils proposent, au même prix que la concurrence, une basket écologique avec un impact social et environnemental positif. 

Ils partent ainsi en tournée au Brésil où ils rencontrent des producteurs de caoutchouc respectueux de la forêt amazonienne (voilà pour la semelle), une coopérative qui produit du coton agro-écologique (une méthode qui enrichit la terre au lieu de l’appauvrir). Et quand quelques années plus tard, ils décident de lancer des baskets en cuir, ils recourent à un cuir tanné uniquement avec des matières végétales. 

Opération « successful » dès son lancement. De grands magasins, comme le Bon Marché, deviennent de fidèles clients. La logistique est confiée à Ateliers sans frontières, une association créée en 2003 dans le Val-de-Marne qui favorise l’insertion sociale et professionnelle de personnes en situation d’exclusion. 

« Les victoires ne sont belles que si elles sont collectives. Depuis le début, il y a quelque chose qui est constant : notre ténacité et notre détermination », déclare Sébastien Kopp.

Puis l’aventure continue et le concept store Centre commercial est lancé en 2011. Un espace hybride pensé comme un lieu d’échanges et de rencontres. Le premier magasin (il y en a déjà trois), comme un clin d’œil, est situé rue de Marseille dans le 10e arrondissement de Paris. On y retrouve des marques qui proposent des vêtements qu’on peut porter toute sa vie, comme Bleu de Paname, Suzie Winkle, Roseanna, Church’s, Paraboot, qui partagent un même engagement écologique et les mêmes valeurs que Veja. Une vision commune de ce que doit être la mode, en somme. Et comme le souligne Sébastien Kopp : « Quand on fait les choses par amour, c’est difficile de se tromper. » 

www.veja-store.com

Centre commercial
2 rue de Marseille, Paris 10e
9 rue Madame, Paris 6e

Centre commercial Kids
22 rue Yves-Toudic, Paris 10e

Vous aimerez aussi

La sensation Mazzia se chuchote de bouche à oreille, les amateurs se pressent. C’est cette audace...

Historienne d’art et curatrice, Emmanuelle Luciani travaille en binôme avec Charlotte Cosson depuis...

Aux marges de l’art populaire se tient Skunkdog. Depuis près de deux décennies, le peintre phocéen,...