Festival international de mode et de photographie d’Hyères, du 25 au 29 avril

Divers  /   /  de Julie Mandruzzato

Et c’est reparti pour un tour, une trente-quatrième édition dans le carrousel artistique d’Hyères. Un passé qui se renouvelle, idée induite peut-être par le palimpseste patronymique de la ville, mais surtout par les curiosités futures et continues d’artistes en devenir, que le Festival international de mode et de photographie remue depuis 1985.

Dirigé par Jean-Pierre Blanc depuis sa création, c’est toujours le même manège. D’abord, il y a la jolie calèche de mode, l’étalon de la photographie et le siège de la petite voiture design : des places à pourvoir dans le carrousel de la mode. Des catégories dans lesquelles dix finalistes aimeraient s’asseoir, pour mieux asseoir leur talent. De jeunes créateurs venus décrocher le pompon, un ornement fait de fonds financiers et d’opportunités artistiques, parrainés entre autres par Chanel ou American Vintage cette année. De quoi faire tourner les têtes de ces jeunes talents venus du monde entier pour se représenter. Et ici, pas de chauvinisme ! On reconnaît la créativité de nombreuses nationalités.

Coup d’audace aux élans de cœurs, chez ToutMa on a repéré parmi les finalistes quelques boîtes crâniennes qui méritent d’être ouvertes. Notamment en mode, avec la finaliste Enikova Dita (Lettonie) et sa collection pour femmes aux cuirs et coupes illusoires, dessinées au travers de géométries stylistiques ou encore Róisín Pierce (Irlande) avec son univers noble et cotonneux, relevé par les mailles vaporeuses de ses robes. Du côté français, on s’est laissé charmer par les mailles de Lucille Thièvre et sa couture tendue, fragile, prête à éclater et irradier sur des corps andromorphes. En accessoire de mode, c’est Martial Charasse, avec des créations dignes de l’univers de tableaux impressionnistes, qui nous impressionne… Couleurs vives et balades champêtres, une collection bien menée « sur » toutes les coutures et qui nous renvoie à la vie rurale dans son style le plus élaboré. Des créations qui nous donnent envie d’aller pique-niquer sous les pins et le bruit des criquets ; ça tombe bien, à Hyères, des pins, il y en a plein !

Une édition à retrouver du 25 au 29 avril 2019 et des expositions qui resteront ouvertes au public jusqu’au 26 mai.

Villa Noailles
montée de Noailles, Hyères

villanoailles-hyeres.com

Vous aimerez aussi

Cycliste, tribal, garçonne ou bleu Klein, retrouvez notre shooting des tendances mode du printemps.

Une bonne formule : vous pourrez vraiment découvrir des pépites de la bande dessinée...

25 juin 2018, calanque de Sormiou, à 777 km du tumulte de la fashion sphère parisienne, Simon Porte...