Lucien Clergue – Picasso, mon ami jusqu’au 23 décembre 

Photo / Art  /   /  de Caroline Bouteillé

Imaginez que vous n’avez même pas 20 ans. Il y a trois ans, vous avez reçu à Noël un appareil photo bon marché. Vous vous êtes exercé sur différents sujets, avez commencé à montrer votre travail autour de vous et un jour, vous prenez votre courage à deux mains et profitez d’une corrida dans les arènes de Nîmes pour soumettre quelques clichés à un artiste qui assiste lui aussi au spectacle. Imaginez maintenant que cet artiste, c’est Pablo Picasso en personne, et qu’avec toute la simplicité dont il sait faire preuve, il vous donne son approbation, comme une évidence : « Vous savez bien que cela me plaît. » L’anecdote paraît incroyable, elle est pourtant vraie. Nous sommes en 1953, Lucien Clergue vient de changer le cours de sa vie en se trouvant, sur un geste audacieux, un mentor à nul autre pareil. Son amitié avec le maître espagnol, de cinquante-trois ans son aîné, durera deux décennies (jusqu’à la mort de Picasso) au cours desquelles ses œuvres n’auront de cesse de répondre à celles de son bienveillant complice. L’exposition proposée par le Grand Théâtre de Provence présente l’histoire insolite et touchante de cette amitié artistique hors du commun et met en avant des sujets qui ont également obsédé et passionné les deux hommes : la guerre, l’univers des saltimbanques, la tauromachie, la mort… 

C’est l’occasion rêvée d’aborder, avec un fil rouge narratif accessible à tous, le parcours de ce photographe autodidacte (mais avec quel père spirituel !) de génie, qui fonda en 1968 (avec Michel Tournier et Jean-Maurice Rouquette) les Rencontres de la photographie d’Arles, comme une façon, au-delà de la promotion de l’art photographique, de poursuivre la logique d’émulation qui lui avait été inculquée.

Grand Théâtre de Provence
380 avenue Max-Juvénal, Aix-en-Provence

Entrée libre, exposition accessible les soirs d’ouverture du théâtre.

Vous aimerez aussi

Au début du printemps, nous vous parlions de Maritima, le dernier ouvrage de Sigolène Vinson. Un...

Intemporelle, on l’aperçoit parfois au gré d’une promenade sur la Corniche, nichée sur les hauteurs...

Le temps fuit emportant avec lui nos souvenirs. Nos rêves éveillés se conjuguent, eux, encore au...