(Sic transit) Gloria mundi, cruel conte social

Cinéma  /   /  de ToutMa

 

« Ainsi passe la gloire du monde », nous annonce le titre du nouveau film de Robert Guédiguian, (Sic Transit) Gloria Mundi, dont la maxime est extraite d’un passage de l’ouvrage de piété anonyme L’Imitation de Jésus Christ. Une parole de vraie sagesse, oui, mais davantage une façon de rappeler que nous ne sommes que des hommes et que nous devons nous garder de tout orgueil et de toute vanité. Le ton est donné.

Dans ce long-métrage, le cinéaste marseillais, qui nous avait habitués à véhiculer des messages plutôt optimistes sur la famille, le partage ou encore l’amitié, revient avec une vision de notre société très sombre, pour ne pas dire franchement noire, où les valeurs d’égalité et de fraternité, mais aussi d’entraide et de solidarité semblent avoir disparu.

Pour servir son histoire, pas de grosse surprise. Le réalisateur engagé, fidèle à son décor et ses comédiens, réunit une fois de plus dans la cité phocéenne son célèbre trio : Ariane Ascaride (récompensée du prix de la meilleure actrice à la Mostra de Venise), Gérard Meylan et Jean-Pierre Daroussin. Un casting qui a fait ses preuves et que rejoint la jeune génération avec Anaïs Demoustier, Grégoire Leprince-Ringuet, Lola Neymark et Robinson Stévenin, remarquables dans leurs rôles respectifs. Sans trop en dévoiler sur l’intrigue, tout ce petit monde forme une famille recomposée, à la fois très unie et incapable d’éviter de se déchirer. Les uns sont en grande difficulté financière, les autres s’enrichissent sur le dos des pauvres gens…

Bien que peu porteurs d’espoir, le scénario autant que les personnages parviennent à nous embarquer dans l’atmosphère angoissante et pesante de la violence du monde du travail (misère, précarité) et du pouvoir de l’argent.

Le film, qui se veut le reflet de notre société, montre à quel point la jeunesse est inconstante et éloignée des combats collectifs d’antan. Il nous invite à méditer sur les notions d’humilité et de sacrifice. Spectateurs, vous ne resterez pas de marbre…

Sortie le 27 novembre 2019
Durée du film : 1h47
De Robert Guédiguian
Avec : Ariane Ascaride, Gérard Meylan, Jean-Pierre Daroussin, Anaïs Demoustier, Grégoire Leprince-Ringuet, Lola Neymark et Robinson Stévenin

Texte _Sophie Désiré

Vous aimerez aussi

Alerte coup de cœur ! La scène artistique régionale s’agrandit. On s’invite dans un centre d’art...

Les festivités commencent le 8 août sur place avec moins 15 % sur tout le magasin et moins 20 % sur...

Pourquoi l’Homme s’approprie-t-il son environnement comme s’il le possédait ? Quelles incidences le...