Trésors de Prague

Plus Loin  /   /  de Jacques Lucchesi

Comme Vienne, Rome ou Paris, Prague fait partie de ces villes millénaires où s’est élaboré le meilleur de la culture européenne. Aujourd’hui encore, la capitale de la République Tchèque – qui est aussi celle de la Bohème – reste l’une des plus riches régions d’Europe, avec ses 1 257 158 habitants et ses 496 Km2 de superficie. Creuset de nombreuses ethnies (Juifs, Russes, Allemands, Polonais pour ne citer qu’eux), Prague s’est, au fil des siècles, chargée d’histoires et de légendes. Mais n’est-elle pas la ville natale de Rilke et de Kafka, de Mucha et de Kupka, de Smetana, Dvorak et Janacek ? Mozart lui-même y séjourna et composa ici « Don Giovanni », son plus célèbre opéra. De tous ces génies qui l’habitèrent ou la traversèrent, Prague en a bien sûr gardé la trace, offrant un musée à l’un, à l’autre une place. Ils continuent de concourir à sa réputation et, chaque année, elle attire ainsi près de 5 millions de touristes. Pour eux, elle déploie ses sortilèges de pierre, de verdure et d’eau – la Vltava ou Moldau, avec les nombreuses embarcations qui la traversent – dans un conglomérat de styles architecturaux (gothique, baroque, art nouveau). Voici quelques propositions de promenade dans une ville où la beauté est partout chez elle.

 

Le Pont Charles

C’est le plus célèbre des 7 ponts qui enjambent la Vltava. Long de 516 mètres, il relie le quartier de Maha Strana à la Vieille Ville et a été érigé en 1357 par le roi Charles IV. On peut voir ici son imposante statue parmi une trentaine d’autres, hommages à des dignitaires politiques et religieux, qui bordent les deux côtés du pont. De nombreux dessinateurs et musiciens assurent ici une animation permanente. C’est un point d’observation idéal sur les berges de la ville et les changements de lumière, tout au long de la journée, y sont remarquables.

 

Le Château de Prague

Ce fut la résidence des rois de Bohème, c’est maintenant celle des présidents de la République Tchèque. On y accède en cheminant dans les rues pavées et pentues de Maha Strana. La récompense à cette marche ascensionnelle d’environ une demi-heure est tout d’abord son belvédère qui offre un panorama sans égal de la ville et de ses abords. à l’entrée du Château, des gardes impavides rappellent le caractère solennel du lieu. à l’intérieur, c’est une enfilade de places, de fontaines et d’obélisques d’où se démarquent des édifices comme la Cathédrale Saint Guy (ses vitraux sont merveilleux), la Tour des Poudres, le Palais Royal et le musée du Château qui retrace les différentes étapes de la construction de Prague. On peut également y voir les couronnes de rois de Bohème.

 

La Cathédrale Saint-Nicolas

Non loin du Château mais plus bas, on trouve la magnifique Cathédrale Saint-Nicolas. De toutes les églises que compte Prague, c’est peut-être la plus renommée, en tous les cas la plus représentative du style Baroque (XVIIeme siècle). à l’intérieur, elle offre la vision d’innombrables fresques et balcons surchargés de stucs et de dorures, témoins d’une époque où la spiritualité s’accordait fort bien à l’exubérance artistique. C’est sans doute son caractère fastueux qui rend son entrée payante, contrairement aux autres édifices religieux de Prague.

 

Le jardin Wallenstein

C’est là qu’est situé le Sénat tchèque. Ses jardins « à la française », avec leurs haies rigoureusement taillées, recèlent toute une série de sculptures mythologiques réalisées par l’artiste hollandais Adriaen De Vries (1556-1626), ainsi qu’une superbe fontaine en son centre. On trouve également, dans sa partie nord, un mur entièrement constitué de coulées basaltiques, véritables sculptures naturelles. Et quelques très beaux paons dans ses allées, jamais rétifs pour se faire photographier.

 

L’île Kampa

Moins une île qu’un bras de terre qui longe la Vltava, ses pelouses et ses arbres en font un lieu de promenade idéal. Fruit de la collection Mladek, le musée Kampa en est une étape obligée, avec ses monumentales sculptures qui jalonnent ses abords. Placé sous les auspices du peintre Frantisek Kupka et du sculpteur Otto Gutfreund, il concentre en lui le meilleur de la création moderne et contemporaine tchèque. Sa visite séduira tous les amateurs d’art.

 

La Vieille Ville

Transportons-nous à présent de l’autre côté de la Vltava pour entrer dans la Vieille Ville (Stare Mesto). Avant même de s’enfoncer dans son entrelacement de ruelles commerçantes, on peut faire un détour par la galerie Klementinum, réputée notamment pour sa chapelle aux miroirs. Après, ce ne sont que boutiques de souvenirs (les bijoux en cristal sont particulièrement à l’honneur), théâtres de marionnettes, petites galeries d’art et pâtisseries. Ici des taxis rouges (automobiles d’époque) concurrencent, pour les visiteurs les plus aisés, les taxis jaunes municipaux. On débouche ainsi sur la place de la vieille ville (Starometské Namesti), avec l’hôtel de ville, l’horloge astronomique (1410), le monument à Jan Hus (réformateur religieux du XVeme siècle) et Notre Dame de Tyn, la sombre église gothique qui renferme le tombeau de l’astronome Tycho Brahé (1546-1601). Non loin de là, on trouve également la maison native de Franz Kafka (1883-1924), devenue depuis une vitrine de la vie et l’œuvre du plus célèbre écrivain pragois. Pour peu que le soleil soit au rendez-vous, c’est toujours l’effervescence sur la vieille place, avec ses grands cafés (comme le Mattoni), ses animations folkloriques, ses calèches et ses  stands où l’on débite en particulier cette spécialité locale qu’est le trdelnik, une galette cylindrique, très sucrée et relevée de cannelle. Du reste, les nombreux restaurants du quartier sont l’occasion de gouter la cuisine pragoise, avec ses multiples recettes pour accommoder savoureusement la viande de porc. Si l’on ajoute à cela la découverte, au hasard des pas, de curiosités architecturales comme « la maison qui danse » (Tancia dum) – sinueux immeuble de verre et de béton conçu par Franck Gerhy et Vlado Milunic – ou les maisons cubistes de Josef Chochol, on reviendra de Prague avec le sentiment d’un dépaysement total. Mais l’émotion n’est-elle pas le but de tout voyage ?

 

Musique et théâtre

Prague, à l’instar de Vienne, célèbre quotidiennement la musique classique avec de nombreux concerts disséminés  en de multiples lieux, souvent en fin de journée. En ce domaine, la référence demeure le Rudolfinum, opéra municipal où officie depuis 1896 la Ceska Filharmonie. Dans une approche plus éclectique, on ne peut que mentionner le Narodni Divadlo, théâtre national qui propose pièces de théâtre, concerts, ballets et opéras. Et puis, il y a les innombrables théâtres de marionnettes, tradition très prisée ici où se réinventent légendes et mythes littéraires.

 

 

Vous aimerez aussi

Gourmands, plus de cinquante animations vous attendent et sont à découvrir sur trois jours !...

Un Festival largement plébiscité par le public parce qu’il propose à la fois un programme d’une...

Avec professionnalisme et bon goût, Stéphane et Romain nous proposent, au sein de leurs adresses...