Marseille Culture [s] avec Jean Contrucci et Gilles Rof

Livre  /   /  de Olivier Emran

Un très beau travail à quatre mains qui rappelle à quel point Marseille est une ville aux cultures foisonnantes, où des milliers de créateurs sont venus poser leurs arts, l’espace d’un moment ou toute une vie. Récits, anecdotes, événements majeurs, tout est finement conté par ces deux connaisseurs et amoureux de la vie culturelle marseillaise. Un livre qui a l’esprit libre, qui ne doit rien à personne. Voilà ce que disent en chœur les auteurs. ToutMa a voulu en savoir plus en interrogeant ces deux fins connaisseurs de la culture marseillaise d’hier et d’aujourd’hui. ToutMa a beaucoup aimé ! Extraits choisis…

Culture [s]… Nostalgie ou avenir ?

GR : La ville a toujours été une capitale culturelle. Elle a toujours bouillonné culturellement. C’est de cette réalité-là dont nous voulions parler.

JC : Nous avons simplement voulu rendre un hommage aux créateurs et à la création. Marseille n’a pas attendu d’être labellisée pour être une capitale culturelle.

 

Culture [s]… Des temps forts ?

JC: Nous voulions un livre qui montre la vitalité de la culture à Marseille. En neuf chapitres, nous avons mis en exergue ce foisonnement créatif. Nous aurions pu en mettre encore plus !

GR : J’aime ces entretiens qui permettent à certaines personnes clés dans l’évolution culturelle de la ville de s’exprimer et de faire revivre des moments éclairants. Avec de petites anecdotes qui pimentent le tout.

 

Culture [s]… Une suite après 2013 ?

GR : Nous nous sommes attachés aux créateurs plus qu’à la politique culturelle. Cela a été un énorme travail et, pour l’instant, nous le digérons !

JC : Nous ne voulions pas que ce soit un ouvrage de circonstance. Ce livre dit simplement : « voilà ce qui existe dans cette ville ». Ce n’est pas la circonstance qui fait que nous parlons de création maintenant.

 

Marseille… culture [s] ?

JC+GR : Marseille reste une ville de passage où des courants se croisent, se mélangent ou s’ignorent. Il suffit d’aller des Goudes à Saint-Antoine pour voir des mondes différents. Nous avons tous deux une pratique transversale de la culture et nous allons partout. On s’aperçoit que ces mondes ne communiquent pas toujours. C’est pour cela que nous avons tenu au [s]. Mais, quelquefois, ils communiquent. Et le résultat peut être exceptionnel. C’est là toute la spécificité culturelle de Marseille : se nourrir du parcours et de l’histoire de ses habitants.

_408 pages, 50 € _HC Éditions _www.hc-editions.com

 

Vous aimerez aussi

Pourquoi l’Homme s’approprie-t-il son environnement comme s’il le possédait ? Quelles incidences le...

Les festivités commencent le 8 août sur place avec moins 15 % sur tout le magasin et moins 20 % sur...

Pour retrouver ou découvrir les senteurs de Lumio, de la plage Santa Giulia ou simplement l’effluve...